Jacquet Clermont Ortega Castres
Jacquet (Clermont) face à Ortega (Castres) | REMY GABALDA / AFP

Castres fossoyeur du dernier espoir clermontois ?

Publié le , modifié le

Battu en finale de la Coupe d'Europe par Toulon alors qu'ils en avaient fait leur objectif, les Clermontois doivent relever la tête en demi-finale du Top 14, contres Castres. Battus par les mêmes Toulonnais l'an dernier au même stade de la compétition, les Jaunards veulent retrouver le Stade de France. Mais pour les derniers jours de Laurent Travers et Laurent Labit, les Castrais ont le même rêve: ne pas s'arrêter en demie pour avoir une chance, vingt ans après le dernier sacre, de soulever le Bouclier de Brennus.

"Ca va être dur à  digérer, on est tous très affectés." Aurélien Rougerie, le capitaine clermontois, était lucide après la défaite de son équipe en finale de la H Cup, samedi dernier. Sept jours après, il va savoir si son équipe a été capable de dépasser la tristesse et la désillusion, si elle a été capable de redevenir la machine à gagner qu'elle a été tout au long de la saison régulière. "Ils vont vite tourner la page et ils vont se préparer comme il faut pour être à 130% pour cette demi-finale (...) et se concentrer sur le seul objectif qui leur reste maintenant, gagner le bouclier de Brennus", assure Christophe Samson, champion de France avec les Jaunards en 2010 mais adversaire ce soir avec Castres. "Nous sommes morts de faim", lui a répondu son copain Loïc Jacquet, sur le site internet du club. "Nous avons envie de prouver que nous sommes un groupe de copains avec un gros mental et nous voulons nous remonter les manches pour aborder au mieux cette demi-finale."

Clermont, les All Blacks de France

Pour refaire surface et ne pas couler à Nantes, les Clermontois peuvent s'appuyer sur leur expérience, un groupe talentueux, un jeu qui a fait d'eux le leader du Top 14 à l'issue de la saison régulière, et une référence en Europe. Et ils ont décidé de changer quelques joueurs, histoire de régénérer le collectif. "Clermont, c'est une des meilleures équipes d'Europe. Ils sont favoris, c'est certain", rappelle Rémi Talès, l'ouvreur appelé pour la tournée en Nouvelle-Zélande avec l'équipe de France. "Avec des joueurs comme (Sitiveni) Sivivatu, (Napolioni) Nalaga ou (Wesley) Fofana, qui à eux tous seuls peuvent faire la différence à n'importe quel moment du match, c'est vrai que ça ressemble peut-être aux Blacks : les Clermontois ont un gros collectif avec en plus des individualités. Ils ont des joueurs de classe mondiale à tous les postes." Même son de cloche du côté de Laurent Labit, l'entraîneur du CO: "Sur 30 matches il est difficile pour nous de faire la course avec une équipe comme Clermont. Mais sur un match, en ayant eu la possibilité d'avoir deux semaines pour se préparer, on pense que sur 80 minutes on est capables de rivaliser avec cette équipe."

En championnat, les Castrais l'avaient emporté à domicile (16-13) avant de tomber, comme tout le monde, en Auvergne (37-10). "Un match, c'est un match, et ils auront quand même de la pression sur les épaules en ayant perdu le week-end dernier. Après ce qu'ils ont réalisé depuis le début de la saison, personne ne comprendrait qu'ils ne gagnent rien cette année", glisse Labit. Mais les Tarnais ne seront pas sans pression non plus. D'abord, parce que cela pourrait être le dernier match du duo Laurent Labit-Laurent Travers, en partance pour le Racing-Métro après quatre saisons passées ici. Ensuite, parce que l'équipe poursuit sa mue (barrages en 2010 et 2011 puis demi-finale la saison passée), et que franchir une étape supplémentaire ne serait que la suite logique et un aboutissement pour un groupe forcément différent la saison prochaine. Enfin, parce que cela fait vingt ans que le CO a remporté son troisième et dernier titre de champion de France. "Dans vingt ans, on parlera encore des champions de France, mais plus des finalistes ou des demi-finalistes", assure Samson. "Depuis le début de la saison, on nous parle du fait qu'en 1993 Castres avait le bouclier. Ça fait 20 ans, les gens y voient un signe", ajoute Rémi Talès.

Le match Parra-Kockott

Parmi les duels très attendus dans cette rencontre, il y a cette opposition de demi de mêlée-buteur entre Morgan Parra et Rory Kockott, celle des ouvreurs Mike Delany (pas traumatisé par l'échec européen) et Rémy Talès, des N.8 internationaux français Damien Chouly - Antonie Claassen, des ailiers du Sud (Sivivatu-Nalaga) face à ceux de France (Andreu-Martial), des arrières avides de relances Lee Byrne et Brice Dulin, sans oublier le combat entre deux des packs les plus solides de France. Et dans cet affrontement, celui entre le Samoan Joe Tekori et Julien Pierre donnera quelques étincelles, comme au centre entre Wesley Fofana et Romain Cabanes. Entre deux équipes joueuses mais qui font du combat un préambule à chaque victoire, ce premier affrontement en phases finales promet d'être intense.