Rory Kockott
Rory Kockott et les Castrais ont relevé la tête face à Bayonne | REMY GABALDA / AFP

Castres et Grenoble sonnent la révolte

Publié le , modifié le

Castres, Oyonnax, Lyon, Grenoble, ou encore La Rochelle qui s'est offert Toulouse, ont semé un vent de révolte sur le Top 14 en décrochant une première victoire cette saison, samedi lors de la 3e journée.

L'inspiration est-elle venue de Montpellier, qui a renversé Clermont à la sirène vendredi soir en ouverture de la journée à Marcel-Michelin (21-20), en déjouant les pronostics ? Le bas de tableau s'est en tous cas rebellé samedi. Le redressement le plus spectaculaire est à mettre au crédit du promu La Rochelle, lourdement défait lors de ses deux premières sorties (97 points encaissés) et splendide vainqueur de Toulouse (37-25) à Marcel-Deflandre. En inscrivant au total trois essais dont un doublé de la recrue Alofa Alofa, les Maritimes ont dynamité une partie entachée d'approximations mais disputée sur un rythme échevelé. C'est un coup d'arrêt pour les Rouge et Noir qui avaient pourtant enchaîné  deux victoires mais ont été bien trop imprécis en conquête pour prétendre à  mieux.

Pour leurs retrouvailles avec Pierre-Antoine, les Castrais n'ont certes pas rendu une copie parfaite, mais au moins ont-ils ouvert leur compteur de succès, face à Bayonne (30-6), en y adjoignant le bonus offensif grâce à trois essais de Marcel Garvey, Julien Dumora et Brice Mach. Maîtres du ballon, les Tarnais ont cependant longtemps buté sur une  valeureuse défense basque avant de se détacher en seconde période. 

Lyon s'offre le scalp de Brive

Frustré par deux défaites minuscules contre les poids-lourds Clermont et Montpellier, Grenoble a cette fois lâché les chevaux dans son stade des Alpes. Bordeaux-Bègles en a fait durement les frais (37-23) en encaissant cinq essais dont un triplé de l'intenable ailier fidjien Alipate Ratini. Dominés en mêlée, manquant de réalisme sur leurs temps forts, les Bordelais  n'ont jamais rivalisé (22-3 à la pause), ne sauvant l'honneur que par deux  réalisations de Yann Lesgourgues et Sofiane Guitoune en fin de match. Sans  priver toutefois le FCG du bonus offensif.

Lyon a également pu évacuer l'amertume de ses deux défaites initiales, concédées chaque fois avec les honneurs. Dans son Matmut Stadium, le promu s'est offert le scalp de Brive (24-6) au terme d'un match haché et de niveau  inégal. Deux essais de Toby Arnold ont fait la différence. Enfin, ce n'est pas une coïncidence si Oyonnax a renoué avec le sourire en  revenant dans son antre de Charles-Mathon. Contre une équipe du Stade Français  totalement remaniée, l'USO s'est adjugé le bonus offensif (33-6) en deux temps: deux essais d'Yves Donguy dans les 20 premières minutes puis un sprint final  effrené ponctué d'une réalisation de Benjamin Urdapilleta puis de Roimata  Hansell Pune. Les Parisiens, qui avaient fait le plein lors des deux premiers matches,  tenteront de se rattraper à Jean-Bouin contre Bayonne samedi prochain.

AFP