Brice Dulin
L'arrière de Castres Brice Dulin face aux Bordelais | AFP - Remy Gabalda

Castres et Bordeaux se neutralisent, Agen officiellement relégué

Publié le , modifié le

Castres a été accroché par Bordeaux-Bègles (23-23) vendredi en match avancé de la 24e journée de Top 14, au terme d'une rencontre très âpre entre des Castrais qui voulaient faire un pas supplémentaire vers la qualification, et des Girondins désireux de faire l'essentiel pour assurer leur maintien. Ce nul suffit aux Bordelais pour garder leur place dans l'élite, ce qui provoque la relégation d'Agen, qui en pourra plus arithmétiquement se sauver.

Les Girondins se sont en effet battus jusqu'au bout pour ramener quelque chose de leur voyage en terre tarnaise, malgré une indiscipline qui a failli leur coûté cher. Les Castrais n'ont pas toujours su en profiter et ont parfois été mal inspirés.

Castres, qui n'a chuté qu'une seule fois à domicile (contre Toulouse), était surpris d'entrée par une équipe girondine joueuse et qui n'a pourtant gagné qu'un match à l'extérieur (à Mont-de-Marsan), mais qui venait avec beaucoup d'enthousiasme et d'énergie et l'envie de se libérer sur le terrain. Une percée de Sanchez était arrêtée à cinq mètres avec une faute de Kockott, qui écopait d'un carton jaune. Double peine pour le CO puisque sur l'action suivante, Poirot jaillissait d'un regroupement pour marquer (10-3,  16e).

Après un essai refusé à Andreu pour un en-avant préalable (35e), les  Castrais poussaient leur adversaire à la faute et l'UBB était victime de son indiscipline en écopant de deux cartons jaunes en trois minutes (Leupolu pour  plaquage dangereux puis Tisseau pour antijeu) peu avant la pause. En infériorité numérique (13 contre 15), les Girondins cédaient sur un essai de pénalité accordé par l'arbitre Alexandre Ruiz juste après la sirène.

La faute de Kockott

Avec une transformation de Kockott, le CO était tout heureux de prendre enfin l'avantage (13-10) et de le conforter dès la reprise par un essai de Caballero sorti vainqueur d'un regroupement (20-10, 42e). Bordeaux-Bègles, qui avait fait tourner son effectif en laissant aux repos les Avei, Lopez et autres Delboulbes et en intégrant les jeunes Domvo, Brousse  et Poirot, ne s'en laissait pas compter et égalisait à l'heure de jeu par un  départ au ras de Séron (20-20). Si Kockott redonnait un mince avantage par une troisième pénalité, il commettait une erreur qui permettait aux Bordelais de revenir dans les 22  mètres tarnais.

Les équipiers de Clarkin obtenaient une pénalité face aux poteaux que Sanchez transformait (23-23, 80+3). Concrétisant aussi la réalité d'un match équilibré pour deux équipes dont finalement le résultat n'est pas si mauvais que cela. 

Christian Grégoire