Maurin Gaston président Bourgoin Jallieu portrait
Le président de Bourgoin-Jallieu, Gaston Maurin | AFP - Jean-Pierre Clatot

Bourgoin, le chantier de Maurin

Publié le , modifié le

En proie à une crise profonde, tant sportive que financière, le CS Bourgoin-Jallieu a engagé de grands changements. Gaston Maulin, revenu à la tête du club, a décidé lundi de nommer Laurent Seigne comme conseiller du président en charge du secteur sportif. Mardi, au lendemain de la suspension du duo Catinot-Péméja, c'est Laurent Mignot, directeur du centre de formation, et Stéphane Orjollet, entraîneur des espoirs, qui ont été intronisés à la tête de l'équipe.

Une rénovation de l'intérieur. Pour tenter d'abord de sauver ce qui peut l'être sur le terrain, tout en devant trouver des solutions financières dans les coulisses, Gaston Maurin n'a pas été bien loin pour trouver son nouveau trio sportif. Entraîneur du club de 2002 à 2005, Laurent Seigne a été remis au coeur du dispositif, avec un titre de conseiller du président en charge du secteur sportif. Avec un homme vainqueur de la Coupe d'Europe (avec Brive), il était difficile de mettre sur le banc des hommes à la notoriété aussi affirmée. L'ancien international devrait donc avoir la main-mise sur les choix de recrutement, voire plus puisque le président du club a décidé de nommer Laurent Mignot et Stéphane Orjollet au poste d'entraîneurs. Le premier était directeur du centre de formation, le deuxième entraîneur des Espoirs. Deux hommes du sérail, connaissant bien les hommes et la maison, pour tenter d'apporter un nouveau discours et sauver ce qui peut l'être. En outre, Jean-Michel Thevenon, co-entraîneur des Espoirs, interviendra ponctuellement sur des ateliers spécifiques.

Si la bonne volonté et même le talent des Berjaliens ne souffrent pas de discussions depuis le début de la saison, il leur manque toujours ce brin de chance, ce complément de confiance, ce surplus d'abnégation pour faire pencher la balance dans le camp de la victoire. Les deux petites victoires remportées en 16 matches représentaient déjà un gros handicap pour le maintien. Les cinq points retirés par la DNACG ont un peu plus enfoncé un club qui lutte depuis longtemps sur le terrain comme sur le plan financier. Avec 19 points de retard sur le premier non-relégable, la mission est impossible. A moins que le retrait de ses 5 points ne donne une infime chance de sauver sa peau dans l'élite. C'est pour cela que le club isérois a interjeté appel de ce retrait de points.