Mourad Boudjellal
Le président du RCT, Mourad Boudjellal | AFP - BERTRAND LANGLOIS

Boudjellal ne croit pas aux cas de dopage au Racing 92

Publié le , modifié le

Le président du RC Toulon, Mourad Boudjellal, n'a pas tardé à réagir après les révélations du quotidien L'Equipe, selon lequel des traces de corticoïdes ont été retrouvées dans l'organisme de trois joueurs majeurs du Racing 92, au terme de la finale du Top 14 perdue par son club. Dans un entretien accordé à Var-Matin, Boudjellal, dont le club avait lui-même dû faire face à des accusations de dopage l'automne dernier, se dit "quasiment certain que ça ne débouchera sur rien."

Si "les cas de dopage devaient être prouvés", le dirigeant toulonnais demandera toutefois "la restitution du titre ainsi que des compensations financières". Boudjellal se montre donc très prudent sur cette affaire, et ne pense pas qu'il s'agisse véritablement de cas de dopage avérés. "Je verrais plus de l'amateurisme de la part du staff médical. Voire de la légèreté", estime le patron du RCT. "Je suis quasiment certain que ça ne débouchera sur rien", a-t-il assuré.

Dan Carter, Joe Rokocoko et Juan Imhoff, ont été testés positifs à des corticoïdes lors de la finale du dernier championnat de Top 14 remportée par leur club, le Racing 92, face à Toulon (29-21). Le contrôle surprise avait été réalisé sur tous les joueurs de la finale, le 24 juin à Barcelone, par l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD). Les contrôles ont permis de retrouver des traces de produits nécessitant des autorisations, alors que les trois joueurs cités n'en disposaient pas. Le club francilien a cependant réagi en précisant que ses joueurs étaient "autorisés" et "ne nécessitaient pas d'AUT".