Raphael Ibanez
Raphael Ibanez attend une réaction | NICOLAS TUCAT - AFP

Bordeaux-Bègles - Perpignan, Déjà chaud

Publié le , modifié le

Ce soir (20h50), l'Union Bordeaux-Bègles reçoit Perpignan sur sa pelouse d'André Moga. Les deux équipes espèrent réagir après leurs défaites inaugurales dans un match qui verra les retrouvailles de Marc Delpoux, le coach catalan, avec son ancien club.

L'UBB et l'USAP espéraient sans aucun doute un autre début de championnat. En recevant le promu grenoblois, les joueurs de Raphaël Ibanez se voyaient lancer leur championnat avec une victoire. Opposés à l'armada toulonnaise, les Catalans se disaient qu'un exploit était possible. C'était sans compter sur un Wilkinson des grands jours (21 points soit tous les points de son équipe). Avant de se déplacer respectivement sur la pelouse du Racing-Métro et de Clermont, les deux formations ont déjà un besoin urgent sous peine de voir les équipes de tête prendre le large. "Ce match est une session de rattrapage pour les deux équipes qui ont  toutes les deux besoin de victoire", affirme le co-entraîneur de Perpignan Patrick Arlettaz.

Delpoux en terrain connu

Du côté de Perpignan, on se présentera sans arrière de métier. Après la blessure du Jeoffrey Michel (déchirure à la cuisse), c'est, Sofiane Guitoune (rupture du ligament antérieur du genou droit), le second arrière de métier de l'effectif qui sera indisponible pour une longue période. Souvent malchanceuse, l'USAP a été par le passé très touchée au poste d'ouvreur. Ce soir, ce sont Gavin Hume, habituel centre ou ouvreur, ou Armand Batlle, ailier de formation, qui sont pressentis pour jouer les pompiers de service. Marc Delpoux, le coach catalan, pourra toutefois compter sue le retour de son ailier, Adrien Planté.

Mais Delpoux pourrait bien avoir d'autres tours dans son sac. En effet, jusqu'à l'année dernière, il était l'entraîneur de…Bordeaux-Bègles ! C'est lui qui avait permis à l'UBB d'accéder à l'élite puis de s'y maintenir l'an dernier avec un jeu d'arrière très performant. Nul doute qu'il a quelques idées en tête pour contrer les velléités d'attaques au large de ses anciens joueurs. Si l'ont en croit les commentaires, notamment ceux d'Ibanez, ce jeu débridé a coûter des points à son équipe. Les Béglais devront rectifier le tir ce soir pour prendre les points et concrétiser leur temps forts. Patrick Arlettaz, co-entraîneur de Perpignan s'attend quoiqu'il arrive à un match difficile: "Ce match est une session de rattrapage pour les deux équipes qui ont toutes les deux besoin de victoire. On se déplace pour gagner, on veut engranger cette victoire qui nous manque mais on connaît les qualités de Bordeaux. Ce sera compliqué" lâche-t-il.

A qui la pression ?

La défaite inaugurale de Bordeaux-Bègles face à Grenoble (28-29) a, déjà, fragilisé le nouveau manager, Raphaël Ibanez. L'ancien talonneur international n'a que peu goûté la performance de ses joueurs samedi dernier. "J’espère ne pas avoir raison mais j’ai peur qu’on ait fait preuve de suffisance.(…) C’est pour ça que les joueurs sont silencieux à l’entraînement. J’ai vu des petits joueurs, pas des gagneurs. Les leaders ont failli par manque de caractère et dans les choix." a regretté Ibanez après le match. Il n'est d'ailleurs pas le seul à avoir réagi à la défaite. Sur le site internet du club, le président, Laurent Marti, y est allé, lui aussi, de son commentaire acerbe: " L’équipe a alterné entre brillance et stupidité".

L'ambiance est pesante dans le sud-ouest. Au jeu du "qui aura la pression?" les deux camps se sont renvoyés la patate chaude toute la semaine. Mais si du côté catalan, on a plutôt joué profil bas en estimant que la défaite n'était mas mérité, il n'en demeure pas moins qu'une nouvelle défaite replongerait l'équipe dans les difficultés de la saison dernière. Malgré tout, le match face à Toulon a donné de l'espoir au staff des sangs et or et les champions de France 2009 arrivent avec un capitale confiance plus fourni que leurs adversaires. Les locaux doivent prouver que l'accident grenoblois est oublié. Une semaine après un premier match où le collectif a fait défaut, le XV de Bordeaux-Bègles devra prouver que, plus que jamais, l'union fait la force.