Bonne affaire du Racing, Montpellier perd la tête

Bonne affaire du Racing, Montpellier perd la tête

Publié le , modifié le

Le Racing 92, vainqueur à Oyonnax (16-12), s'est rapproché de la deuxième place, synonyme d'accès direct aux demi-finales, lors de la 14e journée du Top 14. Grâce à cette nouvelle victoire à l'extérieur, le club des Hauts-de-Seine prend la 3e place provisoire - en attendant le match de Castres dimanche à Clermont - et ne compte plus qu'un point de moins que le 2e Montpellier, lourdement défait à Brive (29-10).

Brive, passé à côté à Agen dans le choc de la peur avant Noël, s'est parfaitement ressaisi devant le leader Montpellier en réussissant un match référence, avec bonus en prime (29-10). Solide, courageux et discipliné en défense, très pragmatique en attaque, le CAB en profite pour se hisser à la 12e place au dépens du SUA.  De son côté, le MHR confirme ses difficultés à l'extérieur. Devant au score juste après la pause, son jeu s'est désagrégé lors de la demi-heure durant laquelle il a encaissé un 22-0 rédhibitoire pour espérer ramener le moindre point.  

Malgré une touche délicate (4 lancers perdus) et une prise de score rapide des Héraultais grâce à la botte de Steyn (3), ce sont pourtant eux qui ont égayé ce match brouillon, haché et sans réelle envolée sur un terrain fortement dégradé par la pluie grâce à un essai en force de Da Ros après que le capitaine Hirèche se soit sacrifié pour voler un ballon dans les pieds adverses (20). 

La furia des Coujoux

Le reste du temps, ils l'ont passé à défendre avec fierté leur ligne, notamment sur deux groupés visiteurs (24, 28) et c'était presque un miracle de les voir devant au score à la pause (7-3). Les intentions demeuraient montpelliéraines au retour des vestiaires et logiquement, les hommes de Vern Cotter parvenaient enfin à concrétiser leur domination par Fall en bout de ligne (7-10, 47). 

Au lieu de perdre pied, cet essai avait le don de galvaniser les locaux. Une pénalité de Laranjeira remettait les siens à hauteur (50) avant que la furia des Coujoux n'emporte tout sur son passage. En l'espace de trois minutes, le jeune ailier Megdoud s'offrait un premier doublé retentissant en pro dans la liesse du Stadium, avec une passe quasiment à l'aveugle superbe de Ugalde sur le premier (56, 59). 

Le break était définitif dix minutes plus tard à la suite d'une pénaltouche, suivi d'un renversement intérieur qui concluait Lapeyre (29-10, 68) . Assis sur cinq points précieux dans la lutte pour le maintien, le CAB résistait à deux énormes séquences défensives pour s'offrir un réveillon du Nouvel An beaucoup plus serein.

Le Racing monte sur le podium

Marquée dans un premier temps par un duel de buteurs entre le Racingman Teddy Iribaren et l'Oyonnaxien Benjamin Botica, tournant à l'avantage du Francilien permettant à son équipe de mener 9-6 à la mi-temps, la recontre s'est défintivement jouée à l'heure de jeu.

Dominés territorialement et malmenés en touche, les Racingmen se sont libérés à la 58e minute sur un essai du centre Marc Andreu obtenu à la suite d'une interception, transformé par Iribaren. Menant 16-6, les Franciliens ont alors confirmé leur statut de meilleure défense du championnat.

Ils ont mis en échec les offensives des Oyonnaxiens, et notamment les charges de leur puissante 3e ligne. L'équipe du Haut-Bugey a tenté jusqu'au bout de revenir à la marque, sans succès alors que Botica n'a pas affiché sa réussite habituelle dans ses tentatives (4/6).
 

AFP