Serge Blanco et Laurent Rodiguez portrait Biarritz 04 2010
Serge Blanco et Laurent Rodiguez (Biarritz) | AFP - Jean-Pierre Muller

Biarritz se fait un sang d'encre, Gonzalez sur le départ ?

Publié le , modifié le

Défaits sèchement par Toulon lors de la 2e journée de championnat (3-13), les Biarrots vivent un début de saison délicat. Plus que l'échec, la crainte de revivre un début d'exercice identique à celui de l'an passé inquiète les dirigeants du club. Le BO est déjà en état d'alerte. Conséquence de ses mauvais résultats, Jean-Michel Gonzalez, l'entraîneur des avants, aurait présenté sa démission, ce mardi, mais le BO ne l'a pas encore acceptée.

Biarritz a subi un revers très douloureux, vendredi, contre Toulon (3-13) pour le compte de la 2e journée. Pourtant dominateur en début de match, le Biarritz Olympique s'est rendu coupable de trop d'imprécisions pour espérer s'imposer. Comme le reste de son équipe, le talonneur Romain Terrain avait la défaite amère : "Je crois qu'ils gagnent surtout sur nos erreurs techniques. J'espère que l'on ne va pas traîner cette défaite comme celle de l'an passé face à Castres." Car l'angoisse est bien là : revivre le même début de saison cauchemardesque que l'an passé. En 2009, le match d'ouverture perdu face à Castres (12-24) avait plombé le moral des Basques, qui avaient eu toutes les peines du monde à s'en relever. Terminant la saison à la 7e place. Loin de leur double titre en 2005-2006.

Blanco : "Les joueurs doivent se responsabiliser ! "

Bien-sûr, une défaite n'aurait rien de catastrophique si elle ne s'accompagnait pas d'un niveau de jeu inquiétant. Plus que maladroits, les Biarrots se sont rendus coupables d'un nombre de fautes de main incroyables face aux Varois : 19 en-avants. "Honnêtement, je ne peux m'expliquer comment on a pu faire autant de fautes de main", a fait part l'entraîneur du BO Jack Isaak. A trop vouloir produire du jeu, les Basques se sont parodiés et en ont oublié l'essentiel : l'efficacité. Conséquence directe : l'état d'alerte a été déclaré dans le club basque. Lundi matin le président du club, Serge Blanco, réunissait les joueurs pour les faire réagir. "On a recadré tout le monde, confiait-il dans l'Equipe. A un moment donné les joueurs doivent se responsabiliser ! " Mais le sermon de l'ancien arrière aux 93 sélections n'a pas pour autant ramené la sérénité dans le club. La séance spécifique aux avants a été soumise au huis clos tandis que l'entraînement collectif a été supprimé.  Pire, l'entraîneur des avants  Jean-Michel Gonzalez aurait donné sa démission à Serge Blanco. Mais l'ancien arrière du XV de France "réfute" le départ de l'ancien avant, qu'il doit rencontrer avant "une communication officielle (...) mercredi". "A ce jour, Jean-Michel Gonzalez reste salarié du Biarritz Olympique Pays Basque", conclut laconiquement le communiqué du BO.

Temps houleux au Biarritz avec risque d'averse… Le prochain match contre Agen, samedi, devra apporter de sérieuses réponses. Les hommes de Laurent Rodriguez devront certainement diminuer leur envie de bien faire s'ils ne veulent pas faire la course toute la saison en bas de tableau.