Imanol Harinordoquy
Imanol Harinordoquy (Biarritz). | NICOLAS TUCAT / AFP

Biarritz respire, Montpellier revient

Publié le , modifié le

Biarritz a relevé la tête après son humiliation subie face à Castres (défaite 39-0) le week-end dernier et mis fin à une série de huit matchs sans victoire en prenant le meilleur sur le Racing-Métro (9-6) lors de la 11e journée de Top 14. De son côté, Montpellier a recollé en haut du classement grâce à sa victoire face à Grenoble (25-18).

De manière générale, les positions sont toujours extrêmement serrées dans le wagon de marche où Montpellier (32 pts) a regrimpé à la faveur de sa  victoire contre Grenoble (25-18). Le MHR a peiné à Yves-du-Manoir contre des Isérois valeureux, ne faisant la  différence que grâce à un essai de Mamuka Gorgodze en première période et la  botte de Benoît Paillaugue dans le second acte, achevé dans une ambiance tendue. 

Dans des conditions climatiques extrêmement difficiles, Biarritz a mis fin  à l'hémorragie de défaites en Top 14, avec un premier succès en neuf rencontres  contre le Racing-Métro (9-6). Les Franciliens obtiennent un maigre bonus  défensif qui les laissent à distance du haut du tableau (27 points).

Oyonnax maître chez lui 

Si cela soigne le moral du BO, ses affaires comptables ne s'arrangent pas  forcément puisqu'il reste lanterne rouge, avec 9 points de retard sur la 13e  place d'Oyonnax. L'USO a effectivement fait respecter sa suprématie à domicile, où il n'a  perdu qu'une fois, en battant Perpignan (22-9). L'Usap (28 points) voit aussi  s'éloigner la tête du classement. 

L'occasion était donc belle pour le Stade Français, opposé en clôture de la journée à Bayonne, de revenir au contact de Toulouse et  Clermont. Les Franciliens se sont acquittés de cette tâche non sans difficulté (13-9). Peu favorisé par les conditions climatiques, le Stade Français n'a dû son salut qu'à un essai de Julien Arias qui, pour le coup, a profité de la pelouse gorgée d'eau pour littéralement glisser jusqu'à l'en-but (16e). A contrario, les affaires de l'Aviron ne s'arrangent pas malgré le point du bonus défensif, les Basques restant scotchés à la 12e place.

AFP