Biarritz 032014
Uleni Fono derrière la mêlée de Biarritz | AFP - Raymond Roig

Biarritz officiellement en ProD2

Publié le , modifié le

C'est la fin d'une époque ! Défait samedi (16-10) à Perpignan lors de la 22e journée de Top 14, Biarritz jouera en ProD2 la saison prochaine. Cela faisait 18 ans que les Biarrots évoluaient dans l'élite du championnat français.

Fournisseur d'internationaux

Cette présence au haut niveau, le BO la doit d'abord à son mécène Serge  Kampf, patron du groupe Cap Gemini, et à la bonne gestion de son ancien président Marcel Martin, aux manettes pendant dix ans (1998-2008), chapeauté par Serge Blanco, ancien président de la Ligue Nationale, figure historique du club dont il a été l'arrière, le capitaine, la tête pensante, puis le président (1995-1998 et depuis 2008).

Tout a commencé en 2000 avec la victoire en finale de la Coupe de France à  Bordeaux contre Brive (24-13) sous les ordres de Patrice Lagisquet et Laurent  Rodriguez, jetant les bases d'un avenir radieux, matérialisé en 2002 par un titre de champion de France obtenu après prolongations face à Agen (25-22). Le BO, devenu attrayant fait venir Dimitri Yachvili, Imanol Harinordoquy, Damien Traille et Thierry Dusautoir et s'appuie sur sa pléiade d'internationaux  - Jérôme Thion, Serge Betsen, Nicolas Brusque, Thomas Lièvremont - pour  empocher deux nouveaux titres de champion en 2005 contre le Stade Français (37-34 a.p.) et surtout en 2006 en atomisant Toulouse (40-13).

Vainqueur du Challenge Européen en 2012

A son apogée, Biarritz atteint cette même année la finale de la Coupe  d'Europe, qu'il perd à Cardiff contre la province irlandaise du Munster  (19-23). Toujours placés par la suite, les Biarrots refont parler d'eux en 2010 en  disputant une nouvelle finale européenne 100 % française, au Stade de France.  Le Stade Toulousain prend sa revanche de 2006 (19-21). Avec des cadres avançant en âge et face à une concurrence de plus en plus  exacerbée des "nouveaux riches", notamment Toulon et le Racing, ils obtiennent  leur unique titre européen en 2012 en remportant le Challenge européen, la  deuxième coupe d'Europe, aux dépens de Toulon (21-18).

Une saison de galère sur le terrain et en coulisse

Puis, tout s'est effrité peu à peu. Cette saison, les blessures n'ont pas épargné le BO et comme l'effectif était moins riche en quantité et en qualité que les exercices précédents, le manque s'est  rapidement fait sentir. "Dans une saison, il y a des choses que l'on maîtrise, d'autres moins et d'autres pas du tout", souligne un poil amer l'entraîneur Didier Faugeron. 

Si rien ne fût simple sur le terrain pour le club de Serge Blanco, les coulisses n'arrangèrent rien non plus, notamment le fameux serpent de mer de la fusion avec Bayonne qui occupa les esprits pendant un gros mois. "On a appris cette fusion par la presse, ce fut d'autant plus dur. On se pose des milliers de questions, alors qu'on a des matches à préparer. Quand on est joueur, on doit être dans son match. Mais là, ça n'a pas aidé à la sérénité du groupe", confesse le demi de mêlée Dimitri Yachvili.

Attention à la dégringolade !

Fin de cycle, fin d'époque. Le pire est peut-être à venir si Cap Gemini ne remet pas un peu d'argent dans les caisses. Sans autre partenariat d'envergure, pour un club privé de la nouvelle manne des droits télé, c'est une rétrogradation financière en Fédérale qui pointe.

Gilles Gaillard