Dimitri Yachvili Biarritz
Yachvili et Harinordoquy (Biarritz) | AFP - LIONEL BONAVENTURE

Biarritz, la farce basque

Publié le , modifié le

Biarritz, en dépit d'un passé glorieux et d'un effectif pléthorique, pointe à la dernière place du Top 14. Une hérésie au vu du potentiel du club basque, qui compte bien rebondir mardi avec la réception de Bayonne. Dans l'autre match en retard de cette 10e journée, et en attendant Toulon-Agen qui sera joué le 12 décembre prochain, Montpellier, en phase ascendante, se déplace mercredi à Lyon, également en difficulté.

Une victoire, deux nuls et sept défaites en dix matchs, le bilan comptable de Biarritz parle de lui-même. Tout a été dit sur le début de saison catastrophique du club biarrot, sur le manque créé par ses internationaux retenus en Nouvelle-Zélande avec le XV de France, et sur le déclic tant attendu depuis leur retour. Corrigé 41-0 par Clermont lors de la 9e journée, celui-ci ne s'est toujours pas produit. Car même si Dimitri Yachvili, Imanol Harinordoquy, Fabien Barcella et Rafaël Lakafia ont réintégré les rangs, la mécanique du B.O renâcle toujours. La réception de Bayonne, et le prestige d'un derby basque de feu, peut peut-être déclencher l'étincelle tant attendue. Et ce d'autant plus que l'Aviron ne survole pas son sujet non plus en ce début de saison. Quinzième du classement, les Ciel et Blanc ne possèdent que neuf points d'avance sur les Biarrots et sortent d'un succès peu convaincant face au LOU (15-9).

Avec Huget ?

L'Aviron alignera-t-il Yoann Huget pour ce rendez-vous à Aguilera ? L'ailier bayonnais est enfin de retour après avoir purgé ses trois mois de suspension pour manquement aux règles de localisation de la lutte antidopage. Trois mois et demi après son exclusion du groupe France pour la Coupe du monde puis sa suspension par une commission de la Fédération française de rugby (FFR), près de sept mois après son dernier match de Top 14 à La Rochelle, la pénitence du Bayonnais a en effet pris fin dimanche dernier. Mais il est encore dans l'attente de la décision de l'Agence Française de Lutte contre le Dopage (AFLD), qui statuera sur son cas le 15 décembre à Paris. Il peut voir son dossier clos ou sa suspension portée jusqu'à deux ans. "J'ai toujours cette épée de Damoclès au-dessus de la tête. J'espère que le jury se montrera clément et ne me sanctionnera pas davantage", reconnaît le joueur de 24 ans. "J'ai juste envie de jouer, je ne me pose pas de questions sur la suite du dossier. Je ne ressens pas de pression, derby ou pas. Pour moi, le plus important, c'est de rejouer", assure celui qui doit quand même, en plus de ses problèmes extra-sportifs, se fader la concurrence de Cédric Heymans et de Joe Rokocoko.

Après un début de saison compliqué, Montpellier revit avec ses internationaux (Ouedraogo, Trinh-Duc, Gorgodze, Amorosino...). Cette dépendance est criante depuis trois semaines: après le nul face au champion d'Europe du Leinster (16-16) et une courte défaite à Bath (13-10) en Coupe d'Europe, les Héraultais ont dominé Clermont. Remontés à la 11e place, ils ont l'occasion de prendre encore plus leur distance sur la zone de relégation mercredi soir à Lyon, en match en retard de la 10e journée.

Julien Lamotte