Toulon Biarritz Tillous-Bordes Balshaw 2011
Le Toulonnais Tillous-Bordes à la percussion sur le Biarrot Balshaw | AFP - Boris Horvat

Biarritz en rade à Toulon

Publié le , modifié le

Le Rugby Club Toulonnais a mieux entamé cette saison que la précédente en disposant du Biarritz Olympique 30-5 à Mayol pour le dernier match de la 1ère journée du Top 14. Les hommes du futur sélectionneur du XV de France Philippe Saint-André ont su concrétiser leur domination pour marquer trois essais à des moments clefs (Smith, Armitage, Missoup). Les Basques, qui ont raté leur match, repartent du Var sans aucun point.

Benjamin Lapeyre manquait une première pénalité –trop courte- dès la 4e minute suite à une bonne pression des avants toulonnais en mêlée. Julien Dumora l'imitait en ratant de peu un but de 50 m (11e). Sur une sortie de mêlée rapide, Tillous-Borde s'échappait sur le petit côté mais oubliait son ailier Smith alors que l'essai semblait imparable. Puis le RCT effectuait un mauvais choix en demandant une mêlée alors que l'arbitre venait d'accorder une pénalité. Le pack biarrot faisait plier son vis-à-vis. Monsieur Péchambert accordait ensuite une nouvelle chance d'ouvrir le score aux locaux pour un contact basque. Dumora donnait l'avantage aux siens (3-0, 19e). Quelques minutes plus tard, Dumora tapait une pénalité en coin sur le poteau: les Biarrots étaient statiques sur le rebond et David Smith saisissait la balle au bond pour aplatir en terre promise. Avec la transformation de Dumora, le score passait à 10-0 (25e).

Sur l'action suivante, Toulon inscrivait un deuxième essai Benoît Baby se faisait contrer et Lapeyre récupérait le ballon, poussé par ses coéquipiers. Le BO résistait mais la libération était gagnante pour les Rouge et Noir, et Armitage aplatissait sur la ligne qui fait partie du terrain. Dumora transformait (17-0, 27e). Les Varois dominaient et l'ancien ouvreur de Pau réussissait une nouvelle pénalité (30-0). Juste avant la pause, le BO effectuait une grosse séquence de pick and go. Et l'essai de l'espoir survenait dans la foulée: Caprice, l'ailier de Biarritz, profitait d'un joli coup de pied de Balshaw pour aplatir dans l'en-but (20-5 à la pause).

Match de rentrée

Dès l'entame de la seconde période, une charge de Bastareaud envoyait Baby sur le flanc. Groggy, l'ancien Clermontois sortait par précaution. Sur la mêlée qui avait précédé, l'arbitre avait accordé une nouvelle pénalité aux Toulonnais, Heyman ayant pris le dessus sur Marconnet. Dumora transformait (23-5, 43e). Puis Monsieur Péchambert, sur le conseil de son juge de touche, sortait le carton jaune pour Genevois (méchanceté). Le Ercété allait devoir évoluer à 14 durant 10 minutes. La rencontre, logiquement hachée en ce début de saison, ne valait que par quelques accélérations.

Légèrement dominateur, Toulon était récompensé de ses efforts à la 55e: sur une touche, Missoup plaquait le demi-de-mêlée Lesgourgues pour récupérer le ballon et s'enfuir sur l'aile avant de s'allonger en coin dans l'en-but. Dumora transformait pour donner une confortable avance aux locaux (30-5). Il n'ay avait plus de suspense pour le résultat mais le RCT allait-il réussir à prendre le bonus offensif en marquant de nouveau ? Difficile de l'imaginer dans ce match décousu mais prompt à enflammer Mayol à chaque accrochage entre joueurs pas avares de leurs "mouvements de bras".Finalement, le RCT tenait sa victoire. Logique, implacable.

Réactions

Patrice Lagisquet (directeur du rugby de Biarritz): "C'est décevant par rapport à l'engagement et à l'état d'esprit. On a subi la pression des Toulonnais, en étant fragilisé au sol, et on a fini par lâcher. Mes joueurs ont été fébriles et n'ont pas assumé leurs intentions. On voulait un match qui nous permette d'avancer après la série de matches amicaux, mais nos repères ont volé en éclats. On a pris un essai sur un poteau et deux essais en contre, mais on aurait pu prendre d'autres essais sur des phases de jeu construites."

Philippe Saint-André (manager du RCT): "C'est le meilleur départ du RCT depuis que je suis là (troisième saison, ndlr). Il y avait de l'envie, de l'engagement physique et de la solidarité. On a également été bon en défense, sur la discipline et l'occupation. Il faut dire qu'on a bénéficié de dix semaines de préparation et cette année, je donne la becquée à des mecs qui ont faim. Maintenant, je ne suis pas content du dernier quart d'heure. On a manqué de précision alors qu'on aurait pu récupérer le bonus offensif."