Berbizier Pierre racing Métro profil 2009
Pierre Berbizier, directeur sportif du Racing-Métro | AFP - Pierre Andrieu

Berbizier : "Il y a tout pour un grand match."

Publié le , modifié le

Le manager du Racing-Métro, Pierre Berbizier, juge "important" que le club, qui dispute sa deuxième saison en Top 14, "retrouve l'odeur des grands matches" comme il le fera samedi pour sa première rencontre au Stade de France face leader toulousain lors de la 22e journée.

Comment abordez-vous ce match de prestige contre le leader ?
"C'est l'occasion pour nous de nous situer à un moment de la saison et surtout par rapport à un adversaire, le premier, Toulouse, qui domine le rugby. C'est face à ces adversaires-là qu'on peut se situer le mieux, qui plus est au Stade de France. Il y a tout pour un grand match."

Votre équipe est deuxième du Championnat, dans une bonne dynamique. Ce match arrive-t-il au bon moment de la saison ?
"On prend le calendrier comme il vient. Est-ce que c'est le bon moment pour prendre Toulouse ? Il faut les prendre, quel que soit le moment. Quand on sait l'armada qu'ils représentent, quel est le bon moment pour les prendre ?"

Avez-vous hésité avant d'aller jouer au Stade de France ?
"Non, c'est toujours intéressant de jouer dans des grands stades, dans des stades pleins. C'est une belle idée, après deux saisons de Top 14, de jouer ce match dans un Stade de France plein, c'est une bonne chose. J'espère que les joueurs sauront en profiter. Pour les joueurs, il y a un contexte qui change. A nous de nous concentrer sur nous-mêmes, mais je pense que c'est une pression positive. La fête, c'est pour le public. Nous, on prépare un match de rugby de haut niveau pour être à la hauteur de Toulouse."

Habituellement quand on dit Stade de France, on pense au Stade Français...
"Il faut rendre hommage au Stade Français qui a fait la communication du rugby français ces quinze dernières années en innovant, en jouant au Stade de France et attiré un nouveau public. Nous, on propose autre chose, un peu en continuité avec ce qu'ils ont fait mais différent parce qu'on est un club différent. L'important, c'est que le public y trouve son compte. On voit qu'avec deux projets différents à Paris, on peut attirer les foules."

C'est une nouvelle étape dans la construction du club ?
"On est parti de Colombes sans tribune de face avec 400 spectateurs et samedi on sera au Stade de France devant 80.000 spectateurs. On propose à nos joueurs un cadre de prestige, on propose à nos partenaires, à notre public un événement, c'est important que le Racing retrouve cette odeur des grands matches. Ça marque un peu le territoire et le chemin parcouru depuis qu'on a fait partir ce projet. C'est un club de légende, qui avait déjà une histoire. Aujourd'hui, on a l'occasion de renouer avec cette légende, de pouvoir écrire cette histoire tout en respectant cette identité."

AFP