Benjamin Botica, demi d'ouverture d'Oyonnax
Benjamin Botica, demi d'ouverture d'Oyonnax | NICOLAS TUCAT / AFP

Benjamin Botica, arme fatale d'Oyonnax

Publié le , modifié le

Samedi, Oyonnax se déplace sur la pelouse d’Agen (20h45) pour disputer ce qui s’apparente certainement au match de sa saison. Derniers du Top 14, les Oyonnaxiens, à 3 points de leurs adversaires, premiers non relégables (avec le Stade français), n’ont pas d’autre choix que de gagner à Armandie pour espérer sauver sa peau. Pour réussir l’opération maintien, Adrien Buononato, entraîneur de l’USO, pourra compter sur son maître à jouer : Benjamin Botica.

Il est une coutume en Top 14 à laquelle l’exercice 2017-2018 n'échappera pas : posséder dans son équipe le meilleur réalisateur  (essais + points au pied inscrits) n’est pas synonyme de top 6. Une maxime qui se vérifie sur les quatre dernières saisons où ni Brive, malgré Gaëtan Germain (2017, 2016, 2014), ni Grenoble, malgré Jonathan Wisniewski (2015), n’ont goûté au parfum des phases finales. Et pourtant, celui qui a marqué le plus de points dans l’Elite du rugby français était dans leurs rangs. Oyonnax connaît aussi ce paradoxe cette saison.

Plus de la moitié des points d’Oyonnax

Benjamin Botica a inscrit 260 points depuis le début de la saison, soit plus que Thomas Ramos ou Benjamin Urdapilleta qui jouent pourtant les premiers rôles en Top 14 avec Toulouse et Castres. Mais le demi d'ouverture a une double casquette dans le Haut-Bugey : celle du meilleur buteur du championnat – donc de son club – avec 235 points, mais aussi celle du meilleur marqueur de l’USO avec 5 essais inscrits (4e en Top 14 !).

Le poids du joueur de 28 ans est considérable dans l’effectif d’Adrien Buononato. A lui seul, le Néo-Zélandais représente 56% des points marqués par Oyonnax (sur un total de 463 points). Colossal. L’ancien joueur de Montpellier et des Harlequins a participé à 19 des 22 matches de son équipe cette saison, à chaque fois comme titulaire. Et en moyenne, celui qui est arrivé du côté de Charles-Mathon en janvier 2017 marque 13 points quand il joue.

« Botica dépendance ? »

De là à parler d’une « Botica dépendance » ? On serait tenté de le dire. Car lorsque le numéro 10 ne joue pas, l’USO peine. A peine 10 points marqués en moyenne lors de ses 3 absences (A Montpellier, La Rochelle et Pau) contre 22 quand le buteur est titulaire. Certes les trois défaites étaient chez des équipes jouant les premiers rôles en Top 14, mais la coïncidence avec les 13 points de moyenne par match de Botica (12 même, si on ne prend en compte que les points au pied !) interpelle.

Le métronome sait aussi répondre présent dans les grands rendez-vous. Il a notamment permis à son équipe de décrocher deux matches nuls spectaculaires à domicile, en scorant en toute fin de match, contre Clermont (35-35, 11e journée) et La Rochelle (38-38, 15e journée). Son pied a aussi permis aux Oyomen de prendre un point de bonus défensif contre le Racing 92 (12-16, 14e journée). Et en début de saison, il avait été le bourreau d’Agen, inscrivant les quatre pénalités victorieuses (12-10, 3e journée).

Benjamin Botica lors de la réception de Clermont.
Benjamin Botica lors de la réception de Clermont. © PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP

Forfait de dernière minute il y a quinze jours à Pau, Benjamin Botica devrait bien être titulaire samedi, pour le match retour contre le SUA. Et les Agenais se sont préparés à l’affronter : « Nous avons beaucoup travaillé sur son jeu », expliquait, jeudi, Stéphane Prosper, l’entraîneur. Cible des Lot-et-Garonnais, le demi d’ouverture sera une nouvelle fois la clé de voûte d’Oyonnax. Mais aussi de son maintien, conditionné à une victoire samedi à Armandie.