Lionel Beauxis Stade Toulousain
Lionel Beauxis (Stade Toulousain) | Frédéric Lancelot - SIPA

Beauxis au beau fixe

Publié le , modifié le

Le Stade Toulousain a dû batailler pour se défaire de l'Aviron Bayonnais lors du match avancé de la 14e journée du Top 14 (30-15). Face à un adversaire coriace et des conditions climatiques peu propices au beau jeu, les leaders du championnat de France s'en sont une nouvelle fois remis à la botte de Lionel Beauxis, auteur de tous les points de son équipe.

De la pluie, du vent, c'est peu dire que la fête a été gâchée par la météo à Ernest Wallon. L’enceinte du Stade Toulousain, qui affichait complet, se faisait une joie d'accueillir le retour au pays de Cedric Heymans, désormais joueur ciel et blanc, après dix ans passés au poste d'ailier ou d'arrière en Haute-Garonne. La pluie aura douché l'enthousiasme du public, comme celui des équipes de produire du jeu. Avec un ballon rendu glissant, c'est en toute prudence que les deux formations optaient d'entrée pour un jeu de gagne-terrain et des grands coups de pied de déplacement. Loin d'être ridicules dans cet exercice, les Bayonnais faisaient mieux que résister et Benjamin Boyet rendait coup pour coup à Lionel Beauxis en transformant deux pénalités (6-6, 14e).

L'Aviron en eaux troubles

Pourtant, imperceptiblement, la puissance des avants toulousains commençaient à faire plier l'Aviron. En dépit d'une domination territoriale à leur avantage, les partenaires d'un Joe Rokocoko transparent étaient régulièrement mis à la faute. Exécuteur des hautes œuvres, Lionel Beauxis empilait alors les coups de pieds au but avec une régularité que même les bourrasques et la pluie ne pouvaient troubler. Déjà auteur de 28 points face à Montpellier, l'ancien ouvreur du Stade Français a confirmé face à l'Aviron son excellente forme, et pas seulement dans le rôle du buteur puisqu'il était également un des seuls à tenter de dynamiter le jeu, comme sur ce rush à la 23e minute.

En forme internationale, le n°10 du Stade Toulousain inscrivait finalement les 30 points de son équipe, et lançait par la même occasion un sérieux appel du pied à Philippe Saint-André, le nouveau sélectionneur du XV français. Grâce à ce succès, l'équipe de Guy Novès prend provisoirement ses distances en tête du classement puisqu'elle compte désormais sept points d'avance, et un match en plus, sur Clermont, son premier poursuivant. L'Aviron stagne quant à lui à la 11e place, bien loin de ses ambitions du début de saison, et se prépare une année 2012 peu réjouissante.

Déclarations :

Jean-Pierre Elissalde (manageur général de Bayonne): "On apprend toujours beaucoup de choses quand on vient à Toulouse. Nous sommes revenus à la dure réalité de notre rugby. C'est dommage de ne pas avoir pu prendre le point de bonus défensif. Nous avons commis trop de fautes évitables et Toulouse nous a puni. Notre première mi-temps m'avait laissé espérer une autre issue. On ne peut pas se permettre de se contenter de ne pas avoir pris d'essai contre Toulouse. Nous n'avons pris que deux points lors de nos deux derniers matches et ce n'est pas suffisant."

Lionel Beauxis (demi d'ouverture de Toulouse): "Cela fait deux matches que cela se passe bien pour moi, je suis content. J'ai eu un début de saison difficile mais je reviens bien. Le club fait le maximum pour me mettre dans les meilleures conditions. J'ai eu de la réussite au pied mais il ne faut pas s'endormir là-dessus. C'est un travail collectif. L'équipe de France? C'est un maillot qui me fait toujours vibrer, bien sûr (sourires)."

Julien Lamotte