Scott Spedding et Brice Dulin
Scott Spedding et Brice Dulin, les arrières internationaux de Bayonne et du Racing-Métro | AFP - DPPI - ALAIN GADOFFRE / AFP - GAIZKA IROZ

Bayonne-Racing, duel d'arrières internationaux entre Spedding et Dulin

Publié le , modifié le

Durant tout le Tournoi des 6 Nations, Scott Spedding et Brice Dulin ont été coéquipiers en équipe de France et rivaux pour occuper la place d'arrière. Ce soir, à l'occasion du match entre Bayonne et le Racing-Métro qui ouvre la 21e journée du Top 14, ils seront encore rivaux, mais face à face. Si le natif d'Afrique du Sud a pris le dessus en Bleu, le fera-t-il dans ce match ?

Brice Dulin s'est emparé d'une place de titulaire dans le XV de France à l'issue de la tournée de juin 2013. Mais une fracture de fatigue du péroné en novembre, puis une blessure à l'avant-bras en janvier, ont entrouvert la porte à Scott Spedding, qui s'y est engouffré. Séduisant et percutant en novembre, il l'était beaucoup moins au début du Tournoi des 6 Nations, ce qui a remis en selle le Racingman pour le match contre le Pays de Galles. Mais il a été emporté par la défaite et la terrible colère de Philippe Saint-André. Du coup, c'est le Bayonnais qui a repris la main, pour finir en boulet de canon avec un Talent d'Or en Italie et une belle performance en Angleterre.

Tous deux ont pour points communs un goût et un talent pour les relances de fond de terrain. Ils sont aussi habiles dans le jeu aérien, avec une bonne technique et une belle capacité à s'intercaler dans la ligne de trois-quarts au bon moment. Si le maillot des deux équipes ont des couleurs similaires, c'est là l'une des dernières similitudes entre les deux hommes. Le Parisien a des crochets dévastateurs, tandis que le Basque évolue plus sur sa puissance et ses longs appuis.

Bayonne veut garder son destin en mains

Dans la dynamique personnelle, le natif d'Afrique du Sud a clairement une longueur d'avance sur le Racingman. Et il retrouve en plus une équipe de l'Aviron revigorée par une courte mais précieuse victoire sur Castres (21-19) voici quinze jours. Avec une ligne de trois-quarts talentueuse (Bustos Moyano, Rokocoko, Lolovalabu, O'Connor), Scott Spedding sera bien entouré ce soir pour donner le tournis à la défense parisienne. Pour les hommes du duo Deylaud-Lanta, les deux défaites concédées cette saison à domicile (contre Toulon et Montpellier) doivent rester à ce niveau: "Il ne nous reste que trois rencontres à domicile, il faudra donc à chaque fois faire de gros matchs", lance-t-il sur le site internet du club. "Nous avons notre destin entre nos mains. On ne dépend pas des résultats des autres équipes, donc si on continue à gagner à domicile en allant pourquoi pas chercher des victoires à l’extérieur, on pourra rapidement se maintenir, et tout seuls. Gagner ce match nous permettrait de nous maintenir le plus rapidement possible. Nous en sommes capables, nous avons déjà battu de grosses équipes ici."

"Nous avons une très bonne relation"

A six mois de la Coupe du monde en Angleterre, il sait que son duel à distance avec Brice Dulin sera très observé. Mais il n'en a cure. "Je ne veux pas rentrer dans un duel avec Brice, surtout que nous avons une très bonne relation. Après, chaque joueur de l’équipe devra essayer de gagner son duel avec son vis-à-vis, donc moi aussi, mais il n’y aura rien de personnel avec Brice." A l'opposé, le Racingman n'est pas sur une trajectoire ascendante. Certes, il est revenu de blessure et il doit donc patienter pour retrouver tous ses repères. " Mon bilan est pauvre car je n’ai pu jouer qu’un match", regrettait-il cette semaine sur RMC. "Je suis déçu. Mais ce sont les aléas du haut niveau. A moi de bosser pour avoir à nouveau ma chance. Je vais devoir être performant en club pour espérer être dans la liste. Ça fait quand même du bien de rentrer en club. Ça permet de couper un peu de la pression médiatique."

Sur le plan collectif, l'enjeu est simple: Bayonne veut encore prendre ses distances par rapport aux places de relégables, alors que le Racing-Métro veut se rapprocher des deux premières places du Top 14. Les ambitions individuelles des deux hommes les projettent plus vers le mois de septembre. Mais comme le dit Scott Spedding, "il faut faire de bons matches" en club.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze