Le Parisien Felipe Contepomi
L'ouvreur argentin du Stade Français, Felipe Contepomi | AFP - NICOLAS TUCAT

Bayonne et le Stade Français s'ennivrent

Publié le , modifié le

N'ayant plus rien à perdre ou à gagner, l'Aviron Bayonnais et le Stade Français se sont imposés lors de la 24e journée du Top 14, contre deux formations qui étaient dans la même situation. A domicile, les Basques ont fait plaisir à leur public en battant Grenoble (31-24) avec un doublé de Marvin O'Connor. A Agen, déjà relégué depuis le nul la veille de Bègles-Bordeaux, le Stade Français l'a emporté (28-20) avec un doublé de Contepomi, qui dispute l'un de ses derniers matches sous les couleurs parisiennes.

Ils sont loin de leurs espoirs d'Europe, qu'ils nourrissaient en début de saison. Mais Bayonnais et Parisiens ont à coeur de bien finir cette saison. Pour les hommes de la Capitale, l'enjeu demeure avec une demi-finale du Challenge européen à disputer face à l'USAP le 26 avril prochain. Préparer cet affrontement qui peut ouvrir les portes d'une finale pouvant ensuite mener à un sacre synonyme de Coupe d'Europe la saison prochaine permet à tout l'effectif de rester concentré et concerné. Engagé dans une dernière ligne droite avec le Stade Français, l'expérimenté Argentin Felipe Contepomi a mis son équipe dans le bon sens, en inscrivant deux essais, le premier pour finir un travail collectif au soutien d'une percée de Bonfils (12e), puis au retour des vestiaires sur une perte de balle agenaise qu'il récupérait pour une course folle de 50m (42e). Agen réagissait avec un essai d'Edmond Samuel (59e), profitant d'une infériorité numérique suite à l'exclusion de Camara (55e), mais Tomiki redonnait de l'air aux Parisiens (69e). Malgré un essai en force de Lozada (74e) et une fin de match pleine de fougue et de volonté, Agen s'inclinait (28-20) à Armandie.

A Jean-Dauger, c'était jour de fête. Bayonne, sous le soleil, avait décidé de faire du jeu. Et Grenoble en a fait les frais, encaissant une sixième défaite d'affilée (31-24). Avec toujours Rokocoko placé au centre, l'Aviron a fait briller ses ailes, avec un doublé de Marvin O'Connor (28e, 44e) qui suivait l'ouverture du score de Sam Gerber (19e), bien décalé par l'ancien All Black d'une chistera, lequel sera encore à la passe pour décaler dans un essai "copié-collé" le jeune Français, avant de l'envoyer une nouvelle fois en terre-promise. Avec un score de (18-0) à la pause, les Basques avaient pris les devants, et malgré une belle réaction des Isérois, auteurs de trois essais par Pelissié (50e), Butonidualevu (55e) et Dupont (74e), l'équipe de Fabrice Landreau ne parvenait pas à gâcher la fête basque. "Le but du jeu, c'est d'avoir un jeu plus en place et plus spectaculaire. C'est bien sûr un objectif pour la saison prochaine", déclarait Christian Lanta, à l'issue de la rencontre. Les bases sont posées.

Réactions

Philippe Sella  (manager d'Agen): "Depuis  notre défaite à Bordeaux, début mars, on s'était évidemment préparé à cette  éventualité. On ne va pas se mentir, on avait déjà les yeux tournés vers la  ProD2. C'est un échec sportif qui fait mal au ventre, mais pas une catastrophe,  il y a pire dans la vie. Maintenant il faut penser à demain, penser à  reconstruire, à rebâtir autour de joueurs d'expérience et de jeunes issus du  club, pour jouer le haut de tableau de la ProD2. On sait que rien ne sera  simple, il faut seulement se donner les moyens d'y arriver, en recréant déjà un  nouvel état d'esprit. On va dresser un vrai bilan et on va rebondir. Le SUA ne  va pas mourir."

Pierre Rabadan (capitaine du Stade Français): "Malgré une équipe remaniée,  on repart avec la victoire d'Agen. C'est plutôt encourageant. Ce succès vient  confirmer notre belle qualification européenne. Il faut continuer avec cet état  d'esprit.L'objectif reste cette demi-finale européenne à Perpignan mais il y  aussi ce derby, dimanche, contre le Racing. Il faudra peut-être faire des choix  compte tenu de notre effectif. Personnellement, j'aimerais que l'on joue les  deux à fond..."