L'Aviron bayonnais a battu le Biarrtiz Olympique (8-11)
L'Aviron bayonnais a battu le Biarrtiz Olympique (8-11) | GAIZKA IROZ / AFP

Bayonne enfonce Biarritz

Publié le , modifié le

Terrible scénario pour le Biarritz Olympique battu dans les derniers instants sur sa pelouse par Bayonne (8-11). Les Bayonnais se sont imposés grâce à un drop d'Ugalde et engrennent quatre points primordiaux dans la lutte pour le maintien.

Battu par son rival de l'Aviron Bayonnais, le Biarritz Olympique n'en finit plus de ramer. La Pro D2 était déjà dans le viseur des Biarrots, aujourd'hui elle est l'avenir du BO. Dans ce derby, les coéquipiers de Dimitri Yachvilli, remplaçant comme Imanol Harinordoquy, ont fait preuve d'une belle force mentale en revenant à 8-8 après une première période ratée et vierge de tous points mais ça n'a pas suffi, Ugalde étant venu crucifier les Biarritz et le public d'Aguilera.

Personne ne sait ce qu'il adviendra en mai prochain, mais les quatre points  ramenés d'Aguilera étaient un passage obligé pour les hommes de Lanta et  Deylaud, plus maîtres de leur destin depuis le week-end dernier. Avec ces quatre points en poche, ils s'éloignent un peu d'Oyonnax mais  surtout repassent devant Perpignan dans une course à trois qui s'annonce  dramatique. Cela devait être le derby de la survie, cela aurait pu devenir celui des  occasions ratées. Il n'en sera rien pour l'Aviron, dominateur pendant cinquante  minutes mais incapable de se mettre définitivement à l'abri à l'issue d'un  premier acte maîtrisé (0-8). Il n'y a pas eu photo entre les deux rivaux, avec des Bayonnais à l'entame  idéale d'abord avec la botte de Brett (4), puis un essai de Rokocoko en force  et en coin à la conclusion d'une belle action collective (0-8, 17). Mais comme souvent cette saison, ils ont aussi pêché dans la finition (25,  40+1, 45) et auraient pu moralement définitivement atteindre des Biarrots une  nouvelle fois crispés sur leur pelouse mâchée et fébriles dès qu'il s'est agi  d'envoyer un peu de jeu. Le carton jaune adressé à Burotu (23) pour placage haut aurait pu coûter  encore plus cher à ses couleurs, il eût l'effet inverse avec une rébellion  bienvenue mais pas suffisamment franche pour inverser le cours de la rencontre.

 Elle se confirma à la reprise avec l'apport d'Harinordoquy, dix minutes de  furia rouge et blanc amenant un essai en coin de Ngwenya suite à une pénalité  rapidement jouée par Lesgourgues (54) suivie d'une pénalité de Yachvili (60).  Tout était à refaire dans une fin de match irrespirable jusqu'à ce dénouement heureux pour les visiteurs, ce drop valant si cher au classement.