Brive Grenoble
Morts de faim en défense, les Brivistes ont muselé les offensives Grenobloises. | CHRISTOPHE AGOSTINIS / AFP

Barrage Top 14 : Un an plus tard, Brive retrouve le Top 14 aux dépens de Grenoble

Publié le , modifié le

La botte de Gaëtan Germain n'aura pas suffit aux Grenoblois. Brive, un an après sa descente vers la Pro D2 retrouve l'élite du rugby hexagonal grâce à sa victoire (28-22) dans son antre contre les Isérois. Les Grenoblois font eux le chemin inverse.

C'est ce que l'on appelle des destins croisés. La saison dernière, les Brivistes bons derniers de Top 14, étaient reversés en Pro D2 après cinq saisons dans l'élite. Les Grenoblois, pensionnaires de Pro D2, terminaient dans le même temps la saison de manière époustouflante en dominant les Oyonnaxiens, 13e de la phase régulière de Top 14 (47-22), un résultat synonyme de retour dans l'élite. Cette année encore, le petit de Pro D2 est sorti vainqueur de son match de barrage contre l'avant dernier de Top 14. Mais cette fois, Grenoble en a fait les frais au plus grand bonheur de Brive.

Le match était pourtant bien mal embarqué pour les joueurs de Jeremy Davidson cueillis à froid par l’enthousiasme isérois. Les Brivistes accumulent les fautes que l'arrière Grenoblois, Gaëtan Germain, se fait un malin plaisir de sanctionner par sa botte toujours si sûre (6/7). Un affront que les travées ne laissent pas passer à leur ancien canonnier qui a fait les belles années du club de 2013-2018 avant de filer à Grenoble suite à la relégation de Brive. 

Une leçon de réalisme

Menés (0-6) dans leur écrin du Stade Amédée-Domenech, les Corréziens reprennent de l'allant avant de rappeler pourquoi ils sont restés invaincus à domicile durant la phase régulière. En s'appuyant sur des avants perforateurs autour des rucks, ils poussent leurs adversaires à la faute pour s'offrir un essai de pénalité (22e) et rependre l'avantage (7-6). Essai entaché d'un en-avant non signalé.

Malgré un carton jaune reçu dans la foulée par le deuxième ligne briviste Peet Marais (23e) pour plaquage haut et fautes répétées, malgré les pénalités qui tombent concrétisées par Gaëtan Germain, les Brivistes font parler leur réalisme. Le numéro 8 du CAB, Fa'aso'o fait admirer crochets et raffuts dévastateurs pour recentrer la défense. Le ballon rapidement éjecté termine sa course dans les bras de l'ailier Franck Romanet qui repique intérieur, résiste à deux plaquages pour faire le break (14-12).

Pari gagnant pour le CAB

La seconde période est du même acabit. Face à des Brivistes loin d'être irréprochables, auteurs de nombreuses fautes et d'approximations techniques, les Grenoblois ne parviennent pas à en profiter. Preuve à l'appui, sur l'ensemble du match deux essais leur sont refusés après arbitrage vidéo. Des décisions qui pèsent lourd dans le résultat final. Le premier et seul essai des Grenoblois est venu trop tard pour récompenser leurs efforts et relancer la partie (80+2). 

Contrat rempli pour les Brivistes. Pari gagné surtout pour un club qui a misé sur les arrivées du Nord-Irlandais et ancien Aurillacois Jeremy Davidson pour son expérience en Pro 2, de l'ouvreur polyvalent Stuart Olding et de l'arrière Rory Scholes, pour remonter au plus vite. Après une petite saison en Pro D2, le CAB retrouve l'élite.