Mathieu Bastareaud Paris VS Bourgoin Top14 08 2010
Mathieu Bastareaud new look, auteur d'un essai | AFP - Miguel Medina

Aux Stades du bonheur

Publié le , modifié le

Paris et Toulouse ont réussi leur entrée en matière en atomisant Bourgoin et Agen. Biarritz assure l'essentiel face à des Montpelliérains tenaces. Un Racing-Métro sérieux s’impose à Brive. L'exploit est pour les Bayonnais qui surprennent les Toulonnais. Perpignan prend sa revanche sur Clermont. Suite et fin de cette première journée demain soir avec La Rochelle – Castres.

Le fait marquant : Les ténors au rendez-vous
Les gros du championnat ont marqué les esprits. Cela s’est vu du côté de Toulouse qui a inscrit 6 essais (Servat, David, Jauzion, Médard (2), Poitrenaud) mais qui a perdu Louis Picamoles (déchirure) pour "un mois et demi" selon Novès. Le Stade Français new look de Michael Cheika n’a pas raté ses débuts à Charléty face à Bourgoin (43-12) avec 5 essais à la clé (Szarzewski, Bastareaud, Parisse, Arias, Southwell). Les deux Stade engrangent un point de bonus. En revanche, Biarritz avec un bon Dimitri Yachvili (6 sur 7 au pied)  a plus souffert face au Montpellier du duo Galthié-Béchu, auteur d'une belle deuxième période et qui rate la transformation pour le bonus défensif (30-22). Avec maîtrise et réalisme, le Racing-Métro s’impose à Brive qui prend le bonus défensif à la sirène (18-23).

Le match : Perpignan prend sa revanche sur Clermont
Le sommet entre les deux derniers finalistes 2009 et 2010 a tourné à l’avantage aux locaux (21-13). Grâce à la botte de Porical (15 points) et de Mêlée (2 drops), l’USAP sans génie mais appliqué en conquête a toujours mené au score. Clermont, sans ses internationaux, s’est montré trop inconstants malgré une bonne entrée de Lauaki. Dans une fin de match tendue, les Jaunards auraient pu l’emporter en prenant les points lorsqu’ils se présentaient. Côté catalan, la malédiction du dix continue. Après Laharragues, Mêlée s’est blessé au genou gauche.

L’exploit : Bayonne, roi de Toulon
Etiqueté favori du Top 14, le RCT s’est fait surprendre par le Bayonne de Boyet (13 points) et de Huget (2 essais). Peu en réussite au pied (5 échecs), l'équipe de Saint-André ont manqué d'efficacité. Résultat : les Basques qui ont mené quasiment toute la partie s’imposent dans les dernières minutes 26 à 22. Treizième l’an dernier, l’Aviron a réussi ses débuts grâce à ses recrues et une belle solidarité lors des huit minutes d'arrêt de jeu. Invaincus toute la saison dernière à Mayol, Toulon et ses recrues clinquantes (Smith, Wulf, Hayman, Sackey) restent en rade. "C'est une saison qui commence mal, espérons qu'elle finisse bien. Mais regardez l'Espagne en Coupe du monde: ils ont perdu leur premier match et ils ont fini champions du monde !" a prophétisé le président du RCT Mourad Boudjellal. 

Le flop : Charléty
C’est connu : les Parisiens désertent la capitale au mois d’août. Cela s’est vu au stade Charléty qui sonnait creux avec environ 7.000 spectateurs, migrants du stade Jean-Bouin démoli. Le Racing-Métro a anticipé en demandant à jouer les trois premiers matches à l’extérieur.

Le joueur : Jonathan Wisniewski (Racing-Métro)
Décisif la saison dernière, le jeune ouvreur francilien a inscrit 18 points (1 essai, 2 transformations, 3 pénalités) à Brive. Son essai a permis au Racing de prendre le score puis de gérer. Malgré la concurrence annoncée d’Hernandez, Wisniewski s’est montré serein et efficace à l’image de son équipe. Son jeu au pied très long et précis a parfaitement quadrillé le terrain, une des obsessions de son entraineur Pierre Berbizier.

La phrase du jour:  "On voit bien la différence qui existe entre la Pro D2 et le Top 14" Jalil Najrissi (talonneur d'Agen).
Après trois victoires en autant de matches amicaux, Agen s'est certes heurté à la dure réalité du Top 14 mais a envoyé beaucoup de jeu grâce aux jambes de feu de ses trois-quarts (Dulin, Cazeaux, Avramovic) qui ont marqué trois essais. 

Le beau geste : Heymans (Toulouse)
Après un petit côté parfaitement négocié par Florent Cazeaux, Brice Dulin n’avait plus qu’à aplatir. D’ailleurs il a amorcé son plongeon dans l’en-but lorsque Cédric Heymans a tapé sur le ballon, empêchant un essai tout fait alors que Toulouse menait seulement 8-0. Un tournant du match.

Le mauvais geste: Vilaceca (Perpignan)
Le deuxième ligne catalan Guillaume Vilaceca a écopé d'un carton rouge après avoir marché lsur a tête de Thibaut Privat à la 70e minute.

Mathieu Baratas