Bernard Laporte, le nouveau président de la FFR
Bernard Laporte, le nouveau président de la FFR | AFP - FRANCK FIFE

Affaire Altrad-Laporte: le ministère des Sports ouvre une enquête interne

Publié le , modifié le

Bernard Laporte s'est défendu dans Le Parisien ce matin, mais ce soir, le ministère des Sports a indiqué qu'il allait ouvrir une enquête interne. Accusé d'avoir fait pression sur la commission d'appel fédérale pour réduire des peines à l'encontre du club de Montpellier, propriété de Mohed Altrad dont une des entreprises était liée par contrat avec le président de la FFR, l'ancien secrétaire d'Etat aux Sports demeure dans la tourmente.

La ministre Laura Flessel devait appeler le patron de la FFR dans la soirée pour l'informer de cette enquête confiée à l'inspection jeunesse et sports. Les révélations sur l'intervention de Bernard Laporte auprès du président de la commission fédérale appelée à statuer sur les sanctions infligées au club héraultais, ont, à ce jour, provoqué la démission de six des 13 membres de l'instance.

Pour rappel, le 30 juin, la commission d'appel fédérale avait réduit les sanctions prononcées en première instance par la commission de discipline de la Ligue nationale de rugby (LNR) à l'encontre de Montpellier. Selon les révélations du JDD parues dimanche, le président de la FFR, Bernard Laporte, aurait fait pression sur le président de l'instance pour qu'il amoindrisse les peines. Son contrat d'image, avec l'une des sociétés de Mohed Altrad, a attisé les suspicions, à tel point que Laporte a décidé d'y renoncer. Et la société d'Altrad est devenue le premier sponsor maillot du XV de France. Un faisceau d'éléments qui ont semé le trouble depuis quelques jours.