Top 14 - Toulon: "Personne ne sera viré" assure Boudjellal

Top 14 - Toulon: "Personne ne sera viré" assure Boudjellal

Publié le , modifié le

"Personne ne sera viré", a assuré jeudi Mourad Boudjellal, le président du RC Toulon, battu 29-26 samedi à Oyonnax, accusant cependant joueurs et entraîneurs d'"un coup d'état" sur le terrain de la lanterne rouge du Top 14. "Un scenario avait été planifié pour le match à Oyonnax, et il n'a pas été respecté", a reproché le patron du RCT jeudi en conférence de presse, avant la rencontre contre Clermont dimanche pour le compte de la 22e journée du Top 14.

"Il y a eu un coup d'Etat. Un putsch. Je ne veux plus que ça se reproduise", a-t-il insisté, reprochant notamment aux entraîneurs de l'équipe d'avoir procédé à du coaching, "alors que ce n'était pas prévu". Mais "personne ne sera viré", a insisté Mourad Boudjellal, reconnaissant avoir "remis trois convocations" à Fabrice Landreau, l'entraîneur des avants, Marc Dal Maso, l'entraîneur de la mêlée, et Tom Whitford, le manager du RCT. "Je voulais formaliser les choses", a-t-il expliqué, regrettant "qu'un quart d'heure après (ces convocations aient fuité) dans la presse. Ce n'est pas normal".

Mais "ce n'est pas un motif de licenciement", a-t-il assuré: "Si vous me croyez assez fou pour virer des entraîneurs, à dix jours d'un quart de finale de Coupe d'Europe... Je suis frappé, mais quand même..." Concrètement, Mourad Boudjellal a expliqué s'être entretenu avec Fabrice Landreau et avoir mis les choses au clair avec lui. Il devrait recevoir Dal Maso et Whitford lundi.

Devant la presse, le président du RCT n'a pas épargné ses joueurs, qu'il avait menacés de rentrer par leurs propres moyens d'Oyonnax dimanche: "Si le seul problème des joueurs après la rencontre était de savoir s'ils allaient rentrer en avion... On est devenu un peu gâté pour avoir besoin d'un avion privé pour faire 450 kms. Ils sont assis sur un volcan. Ici, c'est Toulon. Quand on vient ici, on demande beaucoup, mais si on peut rendre un peu c'est pas mal", a-t-il accusé.
 

AFP