Pierre Mignoni
Pierre Mignoni, l'entraîneur du Lou | AFP

Top 14 : Pierre Mignoni, le bâtisseur avisé

Publié le , modifié le

Des qualités à la pelle, une aura sur son groupe, un tempérament de gagneur, Pierre Mignoni, c’est tout cela à la fois. Si le Lou est en demi-finale du Top 14, c’est en grande partie grâce à lui. Arrivé novice à la tête du club lyonnais, l'ancien demi de mêlée a en trois saisons grandi comme manager en même temps que son club. Portrait d'un entraîneur passionné et travailleur.

La scène est et restera mémorable. Nous sommes le 2 décembre 2017 et le Lou vient de s'incliner (39 à 11) sur le terrain de Toulon. Hors de lui, Mignoni va attaquer ses joueurs devant les médias : "Soit les joueurs se remettent en question, soit cela sera sans moi et ils se débrouilleront", avait-il lancé. "Je pense qu'ils ont trop entendu qu'ils étaient beaux", ajoutait-il. Six mois plus tard, le coup de gueule a porté ses fruits. Les Lyonnais s'apprêtent à disputer une demi-finale de Top 14 que personne ne les pensaient capables d'atteindre.

Entraîneur bâtisseur

Varois d’origine formé au RCT, Pierre Mignoni est un sanguin. "Il sait te pousser dans tes retranchements. Ce rôle d'aboyeur, de petit caporal lui plait bien", confirme Laurent Emmanuelli, qui a joué avec lui à Toulon et Clermont. Mais au-delà de cette image de dur, le natif du Var est aussi un bâtisseur. En trois ans, il a totalement rebâti le club rhodanien.

Quand il débarque en 2015, Lyon est relégué en Pro D2. Auparavant adjoint de Bernard Laporte à Toulon, il n’a alors aucune expérience professionnelle d’entraîneur principal. Le club lyonnais lui donne carte blanche pour le sportif. Et du temps pour reconstruire l’équipe. Résultat ? Un succès exceptionnel. Après l’avoir fait remonter dès sa première année, Mignoni maintient le Lou dans l’élite puis le conduit, cette saison, vers une demi-finale historique en Top 14. "Une belle évolution du club", souligne-t-il. "Elle est à la hauteur des investissements des actionnaires principaux et c’est mérité pour ces gens-là qui travaillent beaucoup et qui passent beaucoup de leur temps".

Joueur exemplaire

Obsédé de travail, Mignoni l'était déjà avant de devenir entraîneur. Passé par Toulon, Béziers, Dax et Clermont en tant que joueur, il s'est autorisé très peu d'écarts en 15 ans de carrière.  "C'était un stakhanoviste", raconte Emmanuelli. "Il ne buvait pas d'alcool. Il était un peu avant-gardiste sur la récupération et la nutrition. Il disait: si je veux durer, ça passe par là". 

Thomas Lombard  : "Il a le culte du travail comme vertu".

"Il a le culte du travail, placé comme la vertu numéro 1", renchérit à l'AFP Thomas Lombard qui l'a côtoyé en Bleu. "C'est sûr que si tu voulais boire des verres, ce n'est pas avec lui qu'il fallait aller!" se souvient Alexandre Audebert, ex-coéquipier à Clermont. "Les demis de mêlée sont amenés à être des leaders, à encourager les autres" relève Lombard. "Son comportement de joueur est la suite logique de sa carrière d'entraîneur et de son positionnement sur le terrain".

Disciple de Bernard Laporte

Adjoint de Bernard Laporte pendant 4 ans, Mignoni sait qu'il ne s'est pas construit tout seul. Il a déclaré avoir beaucoup appris de l'ancien sélectionneur du XV de France. "J’ai beaucoup appris avec Bernard, beaucoup évolué. J’ai entraîné des joueurs de classe mondiale. Cela m’a aidé à me construire. J’ai pu gagner des titres. J’essaie de revivre les mêmes choses à Lyon dans une approche différente et dans un club différent". Ça tombe bien, le Lou est affamé. 

Alexis Ibohn @AlexisIbohn