Yoann Maestri et les Français à l'échauffement
Yoann Maestri au coeur des joueurs de l'équipe de France | AFP - MIGUEL MEDINA

Yoann Maestri, la maturité d'une 50e sélection

Publié le , modifié le

Samedi soir, au Stade de France, contre l'Australie (en direct sur France 2 et francetvsport.fr), Yoann Maestri fêtera sa 50e sélection. A 28 ans, il fait désormais figure d'ancien dans cette équipe de France. Avant d'affronter les Wallabies, une semaine après avoir mis plus de 50 points aux Samoa, le 2e ligne du Stade Toulousain réclame de la lucidité: "Il faut être mesuré. On ne connait pas la valeur des Samoans par rapport aux Australiens. Mais il y a quelques temps de cela, on n'aurait pas mis ces 50 points."

Depuis qu'il a pris la succession de Lionel Nallet en équipe de France, Yoann Maestri n'a été que rarement remplaçant. Sur 50 sélections, il n'a pris place sur le banc qu'à quatre reprises. C'est dire l'importance de ce 2e ligne rugueux et de devoir. Sur le terrain, Yoann Maestri sera le joueur le plus capé de l'équipe de France derrière Louis Picamoles (56e sélection) et nettement devant le capitaine Guilhem Guirado (45e) ou Wesley Fofana (43e)...

Depuis ses débuts internationaux contre l'Italie en février 2012, il est passé maître dans le contrôle de ses mots face à la presse. Petit sourire en coin, il pèse chacune de ses paroles, avec bonne humeur, comme s'il participait à un jeu. Même après un succès (52-8) contre les Samoa, il ne veut pas perdre la tête. "Il faut relativiser", annonce-t-il d'emblée. "On ne connaît pas la valeur des Samoans par rapport aux Australiens. Mais on sait que la marche sera bien plus haute samedi." Il répète sa volonté d'être "mesuré" après cette belle victoire, tout en confessant: "Il y a quelques temps de cela, on n'aurait pas mis 50 points à cette équipe." Cela offre-t-il pour autant un surcroît de confiance aux Tricolores ? "On peut tomber rapidement de la confiance à la prétention et à la bêtise. Cela donne surtout envie de rejouer ensemble car on a pris du plaisir. Mais ce plaisir était lié au résultat."

"Nous sommes les outsiders"

Le Toulousain n'a pas la mémoire qui flanche à l'heure d'évoquer les  Wallabies: "On avait bien morflé trois fois là-bas", se souvient-il. La tournée de juin 2014 avait été terrible: 50-23, 6-0, 39-13, les Bleus étaient revenus les valises pleines. Et même si leur visite en novembre de la même année avait permis au XV de France de s'imposer (29-26), il sait à quoi s'attendre: "Ils ont des 3/4 virevoltants, une 3e ligne qui avance. Ils sont plus agressifs depuis quelques temps, et c'est ce qui leur a permis de mettre en danger les All Blacks." Pour lui, entre la France et l'Australie, les rôles sont clairement définis: "L'Australie est devant, nous sommes outsiders. Mais cela va tellement vite, j'ai vu tellement de choses improbables sur un terrain." 

Contre une équipe d'Australie vice-championne du monde, "tactiquement, physiquement et mentalement (qui) sera d'un niveau tout autre", et qui "représente une marche beaucoup plus haute", Yoann Maestri aimerait décrocher un 22e succès en Bleu dans sa carrière. Pour maintenir l'équipe de France sur une dynamique positive avant de retrouver des Néo-Zélandais qu'il n'a jamais battus en cinq duels.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze