Le trois-quarts centre français Damian Penaud
Damian Penaud, l'une des satisfactions françaises lors de la tournée en Afrique du Sud | AFP - GIANLUIGI GUERCIA

XV de France: quels espoirs avant le 3e test en Afrique du Sud ?

Publié le , modifié le

Après avoir encaissé 74 points en deux matches face aux Sud-Africains, après avoir été dominés une deuxième fois dans tous les secteurs de jeu, les joueurs français ont une semaine pour préparer le 3e et dernier test-match. Renvoyé à plus de 20 points sur chaque sortie, le XV de France peut-il espérer quelque chose face aux Springboks ? Peut-être...

Quinze minutes du 2e test à retenir

Un contre ruck dans les 22m après une bonne séquence en défense, une relance, des trois-quarts qui trouvent des espaces, qui se relaient, et Scott Spedding, au soutien une première fois, qui aplatit le premier essai du match. Voilà une action digne des plus belles équipes de France. Malheureusement, c'était la première du match. Trois minutes de jeu, les organismes n'étaient pas fatigués. Reste que ce mouvement, un peu isolé dans un match pour le camp tricolore, atteste du fait que les joueurs français peuvent le faire.

Avec une défense solide à même de créer des turn-over, du mouvement, de l'avancée, et du liant, le XV de France peut produire du jeu et mettre à mal une défense. Reste à le faire sur tout un match face à ces Springboks bien mieux armés physiquement et techniquement.

Une réaction à parfaire

Guy Novès avait parlé de honte après le premier match. Bernard Laporte avait sorti la sulfateuse en s'interrogeant sur la capacité de cette équipe "à gagner quelque chose". Après cette deuxième défaite consécutive, et 37 points de nouveau encaissés, le constat n'est plus le même. Les limites sont là. Mais la volonté était de retour. A peine sorti du terrain samedi, Guilhem Guirado a appelé à la mobilisation: "Dans le comportement, aucun joueur n'a failli, mais il y a toujours des réglages à faire, comme après les victoires. La semaine prochaine ? J'ai dit aux joueurs qu'on jouerai notre honneur et notre fierté. On a joué deux fois pendant 10/15 minutes, on va essayer cette fois de jouer 80 minutes et tout donner pour ce dernier match. Si on peut gagner à Johannesburg, ce sera une grande fierté." 

La fierté, l'orgueil, les ficelles sont connues et ont souvent fonctionné dans le rugby français. Au fond du trou, le XV de France peut trouver des ressources insoupçonnées dans son caractère latin.

Vidéo: Le discours de Bernard Laporte au lendemain de la défaite 37-15

Des jeunes sans crainte

Damian Penaud a été le symbole d'une jeunesse ambitieuse. Pour sa première titularisation au poste de centre, pour sa première sélection, le Clermontois a inscrit son premier essai international. Qu'il s'est lui-même créé à force de crochets et de vivacité. Il n'a pas fait que cela. Durant la rencontre, il s'est souvent mis à l'honneur, parvenant plusieurs fois à franchir la ligne d'avantage. Au total, sur 11 courses, il a avancé de 86m, réalisé 3 franchissements et battu 5 adversaires en duel (meilleur total avec Vakatawa). C'est la deuxième meilleure performance tricolore dans ce match, derrière les 119m gagnés par Vakatawa, et largement devant un Scott Spedding (78m).

Dans la même veine, on peut citer le Bordelais Nans Ducuing, remplaçant précoce de Yoann Huget à l'aile, qui a eu le temps de se mettre en évidence. 7 courses, 43m gagnés, même s'il s'est trouvé seul face à la vague sud-africaine lors du premier essai adverse. Egalement entré en jeu assez tôt (56e), Antoine Dupont a beaucoup dynamisé le jeu, distribuant 21 passes (une de plus que François Trinh-Duc) et passant par quatre fois des adversaires directs. Avec un peu plus d'expérience, Yacouba Camara a été omniprésent sur le terrain, en soutien, grapillant 24m à la course, et délivrant 2 passes après contact avec en défense 6 plaquages pour 2 manqués.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze