Mathieu Bastareaud, France
L'international français Mathieu Bastareaud | LIONEL BONAVENTURE/AFP

Vers un XV de France légèrement remanié pour l’Australie

Publié le , modifié le

Malgré la nette victoire contre les Fidji, le staff tricolore envisage d’effectuer quelques modifications au sein du XV de France qui défiera les Wallabies, samedi soir au Stade de France (21h, France 2). Matthieu Bastareaud devrait remplacer Alexandre Dumoulin au centre, Benjamin Kayser pourrait suppléer Guilhem Guirado au talonnage, et la charnière castraise Kockott-Tales serait testée.

Après l’entrée Fidji, le plat de résistance australien s’annonce beaucoup plus corsé pour une équipe de France renouvelée en l’absence -voulue ou pas- de certains cadres (Picamoles, Parra, Michalak, Dulin, Szarzewski…etc) ou de certains éléments prometteurs (Guitoune, Taofifenua). C’est pourquoi les sélectionneurs Philippe Saint-André, Yannick Bru et Patrice Lagisquet ont décidé de brasser large et d’élargir un groupe qui n’a jamais vraiment donné satisfaction sur la durée.

La tentation était grande de reconduire les titulaires du premier test-match de la tournée pour le gros match face à l’Australie, mais ce ne sera pas le cas, a priori. Quelques changements, à dose homéopathique, sont ainsi prévus. Le premier concerne Alexandre Dumoulin, le centre du Racing-Métro, pourtant très bon samedi à Marseille. Il sera remplacé à coup sûr par l’excellent Matthieu Bastareaud. Le Toulonnais possède une puissance hors norme propre à créer des brèches dans l’arrière-garde australienne.

Le deuxième pourrait provenir du talon. La tête de pont varoise Guilhem Guirado, très tonique dans le jeu mais maladroit dans ses lancers, pourrait bien voir PSA lui préférer Benjamin Kayser, le fer de lance de Clermont.

"On est Français, on peut s'endormir"

"On est Français. Chaque fois que l'on bouge peu les choses on peut s'endormir", avertit Saint-André, tout en se disant "conforté" dans les choix effectués avant les Fidji. L'encadrement craint par-dessus tout que son équipe ne s'endorme sur ses lauriers. Après avoir reproché à certains de se complaire dans une forme de confort, il s'agit de capitaliser sur l'émulation de la concurrence, y compris à la charnière où les entraîneurs ont pourtant toujours plaidé pour la continuité.

"Apparemment c'était la 13e (charnière), il y en aura peut-être une 14e ou une 15e...", a ainsi rétorqué PSA, interrogé sur la poursuite de l'association Tillous-Borde/Lopez aux dépens de Rory Kockott et Rémi Tales. Les novices Teddy Thomas (auteur de trois essais pour sa première cape) et Scott Spedding, dont les qualités de relanceur sont appréciées, seraient en revanche conservés pour être testés face à l’une des meilleures équipes du monde.

Enfin, dans le pack, le retour de Yannick Nyanga (30 ans, 39 sélections) parmi les 30  ajoute aussi de l'incertitude. Il avait été excellent il y a deux ans contre l'Australie au Stade de France  lors de la dernière victoire face aux Wallabies (33-6). De quoi donner une migraine à l'encadrement qui devra sans doute trancher entre Nyanga et Bernard Le Roux. Verdict jeudi.

Grégory Jouin @GregoryJouin