Fickou

XV de France : Fickou enfin installé au centre ?

Publié le , modifié le

La recrue vedette du Stade Français, seul changement sur choix sportif après la défaite contre l'Afrique du Sud (29-26), était très attendue dans le secteur offensif contre l'Argentine samedi. Le joueur du Stade Français a pleinement saisi sa chance. La performance du Varois, qui piaffait d'impatience de retrouver son poste de centre au niveau international après avoir été très souvent exilé sur une aile depuis l'arrivée de Jacques Brunel, a pleinement convaincu. Il sera sans doute aligné au même poste samedi prochain contre les Fidji.

Une percée dans l'axe (24e) a donné le ton avant le grand numéro de la 48e minute. Trois défenseurs argentins devant lui ? Une feinte de départ sur la gauche et l'ex-Toulousain mystifie le rideau défensif des Pumas en repiquant intérieur, résistant à un plaquage, avant de foncer sous les poteaux. De nouveaux trois défenseurs sur lui? Cela veut dire que Teddy Thomas est sans marquage en bout de ligne. L'ailier est servi sur un plateau par une merveille de passe sautée et la France reprend l'avantage (18-13). Le Parisien est aussi à l'initiative sur le 3e et dernier essai français: en trouvant une touche dans les 22 m argentins sur un jeu long au pied, il a porté le danger près de l'en-but des Pumas. Guilhem Guirado, opportuniste, a fait le reste (71e).

Une complémentarité séduisante avec Bastareaud 

Si Fickou a brillé en attaque (11 courses, 6 défenseurs battus), l'autre centre Mathieu Bastareaud n'a pas été en reste (4 défenseurs battus, 3 passes après contact) et s'est aussi fait remarquer par deux ballons grattés (17e, 63e), récupérant une précieuse pénalité sur le second. Au-delà de la performance personnelle de Fickou contre l'Argentine, c'est la complémentarité de la paire qui a séduit, la puissance de l'un pour fixer les défenseurs et libérer des espaces s'additionnant aux jambes et à la vista de l'autre. Pour son deuxième essai, Thomas peut en revanche remercier le seul Fickou (24 ans, 40 sél.) qui, grâce à ses appuis et alors qu'il est quasiment arrêté, efface dans un petit périmètre plusieurs Pumas puis allonge une longue passe pour Thomas. "Ça va tellement vite que j'essaye d'y aller tout seul mais je vois que ça se referme. Je me dis que ça ne sert à rien que je garde le ballon, donc je ralentis, je vois Teddy, et je me dis 'je la tente' " a raconté Fickou.

L'entraîneur des arrières Jean-Baptiste Elissalde a apprécié dimanche cette action de classe improvisée : "Une de ses qualités est de ne pas être dans la répétition bête et méchante des plans de jeu. C'est un joueur d'instinct, capable de déposer des défenseurs. Surtout, ce qui m'a beaucoup plu, c'est qu'à la sortie du break il ait levé la tête et délivré une très belle passe. Ça fait la différence à ce niveau-là." Après une telle prestation de Fickou, la tentation est grande de refaire le premier match face à l'Afrique du Sud (29-26). Et d'estimer que le néo-Parisien, étincelant depuis le début de saison avec le Stade Français (six essais), aurait été plus utile face aux Boks d'entrée qu'en sortant du banc, à la place de Geoffrey Doumayrou. Elissalde a justifié ce choix initial par la volonté de muscler le centre face à la densité sud-africaine, la "continuité recherchée", le crédit apporté à Doumayrou pour "ce qu'il a fait avec nous depuis 10 mois".   

Toujours une option à l'aile 

La performance du Varois, qui piaffait d'impatience de retrouver son poste de centre au niveau international après avoir été très souvent exilé sur une aile depuis l'arrivée de Jacques Brunel en début d'année, ne met donc pas fin au débat. Le staff le voit toujours comme une option à l'aile : "Il faut qu'il se fasse à l'idée", a dit Elissalde. Et d'une manière générale, il doit tenir sur la durée ses bonnes résolutions, alors que plane toujours au centre l'ombre de la paire clermontoise Fofana-Lamerat, blessée. "Evidemment qu'il (Fickou) a d'énormes qualités, peu de joueurs ont ses facilités à effacer des défenseurs. Mais c'est dans tout dans ce qu'on ne voit pas qu'il doit progresser, continuer: si tant est qu'il se trouve très bien, ça doit encore plus l'encourager à faire des efforts et donner le max dans l'entraînement invisible" a déclaré Elissalde, soulignant aussi "les progrès à faire quand il n'a pas le ballon" par Fickou. En défense notamment, où Doumayrou apporte plus de garanties. 

francetv sport francetvsport