Test match : Les Françaises battues à la dernière seconde par l'Angleterre

Publié le , modifié le

Auteur·e : Julien Lamotte
Laure Sensus France Angleterre
Laure Sensus libère le ballon malgré la pression | ADRIAN DENNIS / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le XV de France, qui restait sur 6 défaites face aux Anglaises, a failli à s'imposer à Twickenham lors de cette 2e journée de tests internationaux. Mais, au terme d'un match à l'intensité folle, une pénalité anglaise à l'ultime seconde a finalement brisé le rêve bleu (25-23). Vaillantes, les Tricolores pourront toutefois retenir cette très bonne prestation même si elle n'a pas été récompensée par une victoire

Quelle différence avec le dernier match face à l'Angleterre, perdu 33-10 à Grenoble. Les Françaises ont retrouvé leur allant, leur cohésion et pourtant, au final, elles se sont de nouveau inclinées. Elles n'ont plus battu leurs rivales depuis deux ans et encaissent donc une 7e défaite de rang. Le coup est pourtant passé tellement près. Un succès, en plus de stopper l'hémorragie, leur aurait en plus permis d'envoyer un signal fort après le tirage au sort de la prochaine Coupe du monde où elles retrouveront l'Angleterre en poule. Mais au moins, elles auront prouvé qu'elles pouvaient toujours rivaliser avec la meilleure nation mondiale. 

Avant de se terminer en cauchemar, tout avait débuté comme dans un rêve. Fortes en conquête, enchaînant les temps de jeu, les Bleues survolaient cette entame de Crunch. Les Françaises mordaient dans chaque ballon et, surtout, ne les perdaient pas dans les rucks, leur gros point faible lors de la débâcle grenobloise. En toute logique elles ouvraient la marque sur pénalité mais, sur la première offensive d'envergure anglaise, elles se faisaient cueillir par la Rose. Harrison profitait d'un mauvais alignement en défense pour filer le long de la ligne. Tellement rageant. 

Mais les partenaires de Gaëlle Hermet, cette fois, n'allaient pas sombrer. Sans renier les principes qui avaient gouverné leur début de match, elles repartaient au mastic. Cette belle abnégation était récompensée par deux essais d'Emeline Gros et Cyrielle Banet juste avant la pause (5-15)

La reprise était beaucoup moins riante. Banet écopait d'un carton jaune dès la 42e minute et laissait ses partenaires en infériorité numérique. Toujours aussi glaçantes de réalisme, les Anglaises en profitaient aussitôt et, grâce à un formidable travail de leur pack, envoyaient Davies derrière la ligne. 

Mais les Bleues, au courage, s'accrochaient, notamment grâce à l'abattage de leur fabuleuse 3e ligne. Et, tout en restant parfaitement disciplinées malgré la pression adverse, elles s'offraient une énorme bouffée d'air à la 63e minute grâce à un doublé de Banet qui profitait d'une superbe passe sur un pas de N'Diaye (10-23). 

L'énorme finish anglais

Cependant, et les Tricolores ont assez payé pour l'apprendre, il ne faut jamais enterrer les Anglaises. Même à court d'idées, celles-ci possèdent assez d'orgueil, et de talent, pour renverser n'importe quelle situation. Coup sur coup, les joueuses de la Rose plantaient deux essais assassins dans l'échine des Françaises (70e et 73e) pour revenir un petit point (22-23). 

La fin de match était irrespirable et on pensait bien que la France allait tenir. Elle faisait tout pour en tout cas. Mais "tout" n'est pas encore assez face à l'Angleterre. Une dernière faute dans les arrêts de jeu, et la sanction, inévitable, tombait. Pénalité à 20 mètres face aux perches. Un jeu d'enfant pour Emily Scarratt, la meilleure joueuse du monde, qui offrait un succès inespéré aux siennes. Inespéré mais pourtant terriblement réel.