France - Angleterre Guy Novès
Le sélectionneur du XV de France Guy Novès continue sa revue d'effectif | AFP - Stéphane Allaman

Les trois enseignements de Guy Novès après la Nouvelle-Zélande

Publié le , modifié le

Guy Novès a terminé sa première tournée d'automne à la tête de l'équipe de France, avec deux défaites pour une victoire. Mais au-delà du bilan comptable, le sélectionneur a apprécié beaucoup de choses, notamment lors de cette ultime rencontre contre les Néo-Zélandais (24-19).

Les occasions en nombre, le gros point positif

Face à la Nouvelle-Zélande comme déjà contre l'Australie, l'équipe de France s'est créée beaucoup d'occasions d'essais, en produisant énormément de jeu. "En revoyant les deux derniers matches contre les deux finalistes de la dernière Coupe du monde, on a perdu deux fois de très peu. Mais on s'est créé beaucoup d'occasions. Plusieurs fois, on a traversé le terrain avec des mouvements qui me conviennent. Les joueurs n'ont pas seulement rivalisé avec ces deux équipes, ils les ont mis en difficulté sur les deux matches. A certains moments, on les a concassés."

Le manque de réalisme, le point noir

Entre les points au pied laissés en route contre l'Australie (ajoutés à des décisions arbitrales plus que discutables), et ces actions devant la ligne néo-zélandaise, l'équipe de France a vu beaucoup de points lui échapper. "La première explication, c'est que c'étaient les All Blacks en face. Barrett, Savea... Des équipes n'auraient pas été en situation de nous récupérer. Pas celle là. Il faut prendre conscience que quand on est près de la ligne, il faut mettre plus de vitesse", a souligné Guy Novès.

"On perd pas mal de ballons sur les dernières passes près de l'en-but. Ce sera la prochaine étape de notre progression. On est déçu de perdre, mais honnêtement, on vient de jouer 2 des plus grandes nations. La dernière passe qui n'arrive pas... Le travail, la lucidité, la confiance, la maturité et l'enthousiasme feront que dans quelques temps, ces passes arriveront et j'espère qu'on aura encore autant d'occasions."

L'état d'esprit et le projet de jeu, l'atout pour le futur

Après l'échec de la Coupe du monde, le XV de France a renoué avec son public. Et avec du jeu. "Je sens que petit à petit, même s'il y a quelques lancements très naïfs, on a essayé de repositionner les joueurs sur la largeur du terrain, essayé de déplacer le ballon. Certains ont donné du plaisir. C'est de mieux en mieux. Il y a une véritable circulation, du replacement. Ce soir, chacun savait plaquer, se replacer, remonter très vite, pour éviter que les All Blacks fassent 3-4m. A ce niveau, il est compliqué de gagner un ballon. Donc quand on le reçoit, au lieu de le rendre, il faut essayer de l'utiliser. Dès que possible, on veut donner du mouvement, de l'air."

Dans l'état d'esprit, le sélectionneur affichait aussi sa satisfaction: "Je suis très très fier du comportement de l'équipe de France et de ses jeunes joueurs. On avait été faible dans l'engagement physique contre l'Australie, mais ce soir, les Néo-Zélandais n'ont pas dû trop rigoler dans cette partie. Quand voit cette volonté farouche d'avancer, de défendre ce maillot, de prouver, je pense qu'il y aura des jours plus ensoleillés que ce soir. Ce soir, ils ont été à la hauteur, si ce n'est qu'il y a la défaite au bout."

Vidéo: L'interview à chaud de Guy Novès

Test match