Sonny Bill Williams et les All Blacks, trop forts pour les Bleus
Sonny Bill Williams et les All Blacks, trop forts pour les Bleus | CHRISTOPHE SIMON / AFP

Les All Blacks intraitables face à des Français orgueilleux (38-18)

Publié le , modifié le

Les Néo-zélandais ont une nouvelle fois battu les Français (38-18), au Stade de France, dans le cadre du premier Test Match de la tournée de novembre. Une défaite où les Blacks ont fait parler leur vitesse. Malgré ce revers, le XV de France, notamment grâce à Antoine Dupont et Teddy Thomas, a montré de belles choses, dont une forte réaction d'orgueil en seconde période. Pas suffisante pour renverser le score.

La nuit, puis le jour. Le rugissant Kapa O Pango, malheureusement sifflé par quelques supporters, précède le coup d’envoi du 59e match entre les deux nations. Une rencontre dans laquelle les Français vont broyer du noir avant de retrouver le jour par une révolte de son jeune demi de mêlée, Antoine Dupont. 

Après une bonne et courte séquence française, les Néo-zélandais construisent un long temps fort. Sonny Bill Williams croit être à la conclusion de celui-ci, mais n’aplatit pas le ballon. Quelques secondes plus tard, Dane Coles perce à nouveau le rideau défensif français, suite à une sortie de balle rapide (9e, 7-0). Un essai transformé, cette fois-ci incontestable.

Les Français réagissent en tentant de dynamiser la rencontre, mais les turnovers s’enchaînent. Pour sa première titularisation, Antoine Dupont montre sa vitesse. Mais ce sont bien les Blacks qui donnent une leçon dans ce domaine, avec des contres à toute allure. Après être pénalisés à plusieurs reprises en mêlée, les Bleus désorganisés en défense, concèdent un deuxième essai. Il est signé Waisake Naholo (22e, 17-0)

Suite à une belle pénaltouche trouvée par Anthony Belleau, les avants français arrivent à progresser, grâce notamment à un Mathieu Bastareaud percutant. Dans un deuxième temps, Kevin Gourdin écarte le jeu. Et Teddy Thomas conclut d’un très beau plongeon, une très bonne séquence tricolore (27e, 17-5). Une étincelle vite éteinte par des Blacks intraitables. Ces derniers mènent 31-5 à la mi-temps.

Dupont, jeune meneur d'hommes révoltés

Au retour des vestiaires, les Bleus se révoltent. Le meneur de la fronde s’appelle Antoine Dupont. Il est à l’origine de la première attaque des Bleus. Après avoir réduit le score (31-8), le jeune demi de mêlée, âgé de 20 ans, déstabilise à nouveau la défense des Blacks. La passe au pied d’Anthony Belleau dans l’en-but adverse vers Yoann Huget est repoussée volontairement par Sonny Bill Williams. Ce geste d’anti-jeu est conclu par un essai de pénalité pour le XV de France et une expulsion temporaire de SBW (47e, 15-31).

Déchainés, les Bleus pressent leurs adversaires qui multiplient les fautes. En supériorité numérique, Teddy Thomas n'est pas loin de conclure un excellent mouvement collectif et de marquer un doublé. Seulement, son pied est sur la ligne de touche et le score reste à 18-31 (55e). Le sursaut d’orgueil illustré par Antoine Dupont, pousse le public a entonné une Marseillaise. La réaction française s'éssoufle à partir de la 65e minute. Les hommes de Guy Novès tentent de revenir en préférant les touches, sans y parvenir. La Nouvelle-Zélande conclut la rencontre par le doublé de Naholo.

La deuxième période clairement à l'avantage de la France, malgré des Néo-zélandais un peu plus relâchés, permet de tirer des points positifs pour l'équipe de Guy Novès. Au coup de sifflet final, ce sont même eux qui ont la plus forte possession (56%),  et la plus grande occupation (52%). C'est à cause d'une mêlée fébrile et d'un nombre important de ballons perdus en première période, que le XV de France perd un match qui pourrait servir de base pour Guy Novès et la jeune nouvelle charnière. 

Guillaume Gorgeu @g_gorgeu

Test match