Le All Black Ryan Crotty
Le Néo-Zélandais Ryan Crotty plaqué par un Australien | AFP - Patrick HAMILTON

L'Australie fait chuter les All Blacks dans la Bledisloe Cup

Publié le , modifié le

L'Australie a réussi l'exploit de battre la Nouvelle-Zélande (23-18), double championne du monde en titre, samedi à Brisbane, mais ce sont les All Blacks qui repartent avec la Bledisloe Cup, la coupe remise en jeu chaque année entre les deux pays, puisqu'ils avaient gagné les deux confrontations durant le Four Nations. En revanche, c'est la première défaite des Néo-Zélandais contre une nation adverse depuis leur revers en 2016 contre l'Irlande à Chicago.

Les Wallabies, menés d'un point à la mi-temps (12-13), ont pris l'ascendant en seconde période, en inscrivant notamment un essai par Marika Koroibete (57e), au cours d'un match sans enjeu. C'est la première fois depuis août 2015 qu'ils prennent le dessus sur les All Blacks. Pour Michael Cheika, l'entraîneur, c'est donc un succès important, même si les Kiwis évoluaient sans leur maître à jouer, Barrett. Et cette absence a peut-être pesé dans les derniers instants, lorsque Damien McKenzie n'est pas parvenu à transformer l'essai de Rieko Ioane (71e), qui aurait pu les replacer devant au score. Et c'est au contraire un coup de pied de Reece Hodge (78e) qui a assis le succès australien.

Sous une pluie battante dans le premier acte, les Wallabies, portant pour la première fois un maillot en hommage aux Aborigènes avec des motifs imprimés, tiraient les premiers. Sur une attaque All Black, l'ailier Hodge interceptait dans ses propres 22 m une passe mal assurée de l'ouvreur Sopoaga, remplaçant de Beauden Barrett ménagé pour cette rencontre, et filait aplatir après une course de 80 mètres (7). Dans ce match marqué par de nombreuses fautes de mains à cause d'un ballon transformé en savonnette, les All Blacks répliquaient rapidement. Après une série de charges de leurs avants devant l'en but, le demi de mêlée Smith envoyait d'une passe sautée Naholo marquer sur l'aile droite (14). L'essai transformé, la Nouvelle-Zélande égalisait, puis prenait l'avantage sur deux pénalités de Sopoaga et rentrait aux vestiaires devant au score, malgré un essai juste avant la pause de Folau (40) sur une attaque grand côté des Wallabies.

Un cadeau pour Moore

Les Australiens prenaient ensuite l'ascendant sur les Néo-Zélandais, coupables de trop de fautes en seconde période. Un essai de Koroibete sur une attaque grand côté (57), puis une pénalité de Hodge suppléant au pied un Foley déficient, et les Wallabies se trouvaient nantis de sept points d'avance (20-13) à un quart d'heure du terme. Toujours sous la menace des All Blacks, revenus à deux points à moins de dix minutes de la fin sur un essai de Ioane petit côté (71), ils conservaient néanmoins l'avantage jusqu'au bout, offrant un beau cadeau au talonneur Stephen Moore, entré à une demi-heure de la fin pour honorer à 34 ans sa 125e et dernière sélection.

Cela faisait dix succès consécutifs contre des nations étrangères pour les Néo-Zélandais, si l'on enlève les tests-matches contre les Lions britanniques contre lesquels ils avaient perdu le 2 juillet dernier (24-21). Comme l'an dernier, les hommes de Steve Hansen arriveront donc en France avec l'ambition d'effacer un échec. En 2016, les Irlandais avaient mis fin à leur série de 18 victoires consécutives, lors d'un match à Chicago. Les Blacks avaient pris leur revanche quinze jours après (21-9) à Dublin, et avaient dompté le XV de France juste après (24-19). Les hommes de Guy Novès sont donc prévenus pour le test-match du 11 novembre prochain, au Stade de France.

Test match