Bryan Habana
Bryan Habana | ALEXANDER JOE / AFP

L'Afrique du Sud sans forcer face à l'Italie

Publié le , modifié le

L'Afrique du Sud est venue à bout de la résistance de l'Italie (22-6), mais s'est montrée un peu laborieuse à Padoue en test-match.

Il faudra attendre le dernier match au Pays de Galles, le 29, pour savoir  si la tournée de novembre des Springboks est un succès. L'Afrique du Sud a perdu en Irlande contre les vainqueurs du Tournoi 2014  (29-15) avant de se racheter contre l'Angleterre (31-28). Mais l'équipe qui a  mis fin à l'invincibilité de la Nouvelle-Zélande il y a un mois et demi a  souffert contre l'Italie. Elle a dominé en mêlée, comme prévu, mais a raté des enchaînements  offensifs, surtout en première période. La puissance du pack springbok a fait souffrir les Italiens, pourtant  solides devant, à l'image du premier essai, marqué par le pilier Coenie  Oosthuizen au bout d'une longue séquence de rucks devant la ligne italienne  (22). Une percée de son N.8 Duane Vermeulen, un des cinq candidats au le titre de  meilleur joueur du monde de l'année, a emmené le deuxième essai, signé du demi  de mêlée Cobus Reinach (59).

Conjoncture sombre pour l'Italie

Juste avant, le meilleur Italien, le nouveau demi d'ouverture Kelly Haimona  avait raté de peu une pénalité lointaine pour passer devant, à 9-8. Le joueur  d'origine néo-zélandaise a été adroit notamment dans le jeu au pied, une carte  qui manquait à l'Italie de Jacques Brunel. Plus anecdotique, et cruel pour l'Italie, Bryan Habana a marqué à la sirène  sur un ballon chipé par Willie Le Roux (80). Le Roux avait remplacé pour la fin du match le Racingman Johan Goosen, qui  débutait à l'arrière pour sa sixième sélection. Le Parisien a été l'auteur de  plusieurs percées intéressantes. La nouvelle charnière Pat Lambie-Cobus Reinach, confirmée par l'entraîneur  Heyneke Meyer après sa performance à Twickenham, s'est montrée parfois un peu  brouillonne.

Coenie Oosthuizen, qui remplaçait Jannie du Plessis, blessé, à droite de la  mêlée, a, lui, brillé. Côté "azzurro", la conjoncture reste sombre. S'ils ont mis fin à une série  de neuf défaites en battant les Samoa (24-13), les Italiens n'ont remporté que  deux victoires sur les 17 derniers matches. L'équipe de Jacques Brunel peut toutefois tirer des satisfactions de ses  bons matches contre l'Argentine (défaite 20-18), où elle a produit son meilleur  match depuis plus d'un an, et a réussi à proposer du jeu contre l'Afrique du  Sud. Cela ne suffit pas encore, mais elle a redressé la barre après un Tournoi  et une tournée de juin désastreux.

AFP

Test match