Bernard Laporte président de la FFR
Bernard Laporte, président de la FFR | GIUSEPPE CACACE / AFP

La FFR rercherche un stade pour recevoir France-Japon le 25 novembre

Publié le , modifié le

Quelques minutes après l'annonce par la Fédération française de tennis (FFT) de la tenue de la finale de la Coupe Davis au stade Pierre-Mauroy de Villeneuve-d'Ascq, la Fédération française de rugby a confirmé que le match France-Japon n'aurait pas lieu dans ce même stade le 25 novembre. "Bernard Laporte est heureux de soutenir par ce geste l'Equipe de France", indique le communiqué. "La FFR va lancer prochainement un processus de sélection du stade hôte de cette rencontre." Lens pourrait être une solution.

La décision est courageuse, même honorable, mais elle risque encore d'écorner l'image du rugby français. Car déplacer un match officiel deux mois avant sa tenue, après avoir déjà vendu des billets, cela peut paraître léger. 

En acceptant de libérer le stade Pierre-Mauroy, qui devait accueillir la rencontre entre le XV de France et le Japon le 25 novembre prochain, pour laisser l'équipe de France de Coupe Davis de tennis recevoir la Belgique en finale entre le 24 et le 26, la FFR se place dans une situation délicate. D'abord, parce qu'elle doit trouver un nouveau stade, d'une capacité suffisante pour recevoir cette rencontre officielle. Ensuite, parce qu'elle va devoir rembourses les billets déjà achetés pour ce match, puisqu'elle avait mis en vente les tickets (environ 4000). Si dans le communiqué officielle, la FFR s'engage à contacter les personnes déjà détenteurs du ticket, pour les rembourser, elle pourrait être tentée de ne pas trop déplacer l'affiche. 

Le stade Bollaert de Lens pourrait donc être choisi pour recevoir le XV de France. Cela limiterait les remboursements (les deux villes sont distantes de 38km), et cela permettrait de demeurer dans le Nord, région que le rugby aime visiter. "Pour le moment, on négocie avec la Métropole de Lille", a déclaré Bernard Laporte, joint par l'AFP. "Il faut qu'on arrive à s'entendre. C'est l'intérêt général qui prime. Moi aussi, je suis supporter de l'équipe de France de tennis", a ajouté Laporte, qui a exclu de décaler la date de France-Japon, 4e acte de la tournée d'automne des Bleus. "Lens semble être une possibilité", a-t-il conclu.

Test match