france Fidji

France-Fidji : un stade de France à deux étages

Publié le , modifié le

Dans une mauvaise période, le XV de France voit sa popularité fondre au fil des matches. La défaite face aux Fidji (21-14) samedi soir ne va pas aider les Bleus. Si la barre des 40 000 spectateurs a été dépassée, tout le troisième étage du stade était vide, une partie du deuxième également. D’inlassables supporters de l’équipe de France décryptent.

"Même s’ils jouaient contre le Brésil, j’irai les voir !" Julien porte le XV de France dans son cœur, et ce depuis tout petit : "Avec les potes, on n’a pas raté un match en France depuis 10 ans, peu importe le stade." Une réelle preuve d’amour pour ces Toulonnais d’une trentaine d’années. Le match de ce soir n’était pas celui qu’ils attendaient le plus mais il fallait être là, coûte que coûte : "Le désamour ambiant autour du XV de France nous donne encore plus envie de les soutenir, explique le frère de Julien. Il y avait un risque de voir la plus faible affluence de l’histoire au stade de France, et ça, c’est pas acceptable."

Traduction du désamour, plus d’un tiers du stade de France était fermé pour la réception des Fidji, victorieux face aux Bleus samedi soir (21-14). La crainte d’afficher une affluence historique par le bas montait du côté de la Fédération. Mais la barre des 40 000 spectateurs a bel et bien été franchie. Bernard Laporte, président de la Fédération française de rugby, se voulait rassurant au micro de BFM TV : "2012 et 2018, c’est la même tournée en novembre, expliquait-il le week-end dernier. Au lieu de recevoir l’Afrique du Sud, c’était l’Australie, et au lieu des Fidji, c’étaient les Samoa, avec l’Argentine au milieu. La Fédération avait vendu 116.000 billets, on est 111 500. Et avec la victoire d’hier (contre l'Argentine, samedi), je pense qu’il y avoir 7000 places vendues de plus. Je pense qu’on va réussir à faire la même chose. Donc le problème ne date pas d’aujourd’hui."

Vendre à tout prix

Si le raisonnement de Bernard Laporte se tient, il faut toutefois le mettre en perspective. Toute la semaine précédant le dernier test-match des Bleus face au Fidji s’est avéré être une semaine de soldes, à toutes les sauces. Deux jours avant le match, la fédération a lancé une immense opération de promotion avec des offres allant jusqu’à 40% de réduction. Des "happy hour", des tarifs enfant proche de la gratuité ou encore des places proposées aux clubs de rugby... l’armada a été déployée.

"Il faut sauver le navire France, ironise Nicolas, ami de Julien. C’est normal de tout faire pour remplir ce stade, ne serait-ce que sur un plan économique."  Pour résoudre ce problème, l’important est de comprendre les raisons, et là, nos Toulonnais sont unanimes : "Les résultats, les résultats, rien que les résultats." Ancien joueur amateur, près de Toulon, Sébastien persiste et signe : "La France est un pays de rugby, il y a de vrais passionnés et cette histoire ne s’arrêtera jamais. Maintenant, sans de meilleurs résultats, il ne faudra pas s’étonner. C’est plus facile de remplir un stade quand on est champion du monde !" Face au Fidji, les Bleus semblaient loin du niveau d’un champion du monde.

Benjamin Badache @Ben_Badache

Test-matchs