Teddy Thomas (XV de France)
Teddy Thomas (XV de France) sème la défense australienne | AFP PHOTO / FRANCK FIFE

France-Australie : Teddy Thomas et les trois-quarts français à la hauteur

Publié le , modifié le

Une semaine après leur prestation aboutie face aux Fidji, les trois-quarts français passaient un test autrement plus significatif face à l’Australie, une référence en la matière. Ils s’en sont sortis avec la victoire (29-26) et les honneurs malgré quelques lacunes défensives.

Mission accomplie pour les trois-quarts français ! L’arrière Scott Spedding, les ailiers Teddy Thomas et Yoann Huget, et les centres Wesley Fofana et Alexandre Dumoulin savaient qu’ils avaient face à eux de redoutables joueurs et de formidables compétiteurs. Israel Folau et ses compères de la ligne des trois-quarts sont réputés pour avoir des cannes et pour leur sens inné de la passe. Battus en vitesse la semaine dernière à Cardiff (33-28), les Gallois pouvaient en témoigner et ils ne passent habituellement pas pour des manchots.

A la hauteur

Pour tenter de battre le XV de France ce samedi soir sur la pelouse de Saint-Denis, l’Australie a de nouveau misé sur ses feux follets de derrière, de vrais Wallabies prêts à bondir à la moindre occasion pour transpercer les lignes adverses. Seulement, entre la démonstration de 2010 (59-16, le plus cuisant échec des Bleus à domicile) et la déroute de 2012 (33-6 pour la France), personne ne savait vraiment qui allait manger l’autre.

Vidéo: L'essai de Tillous-Borde

Les hommes de Philippe Saint-André avaient bien perdu les trois test-matches de la tournée d’été en terre australe, mais les excuses d’une fin de saison fatigante avaient servi à masquer l’ampleur de deux des trois défaites concédées. Au Stade de France, un réveil français était espéré contre les références jaune et verte, les seules à pouvoir se comparer aux All Blacks pour ce qui est du talent, a priori. Et les gazelles françaises ont rivalisé d’audace et de sens du jeu avec leurs homologues océaniens.

Spedding, la sobriété

Ainsi de Scott Speeding qui a pour le défaut de mal commencer ses matches avant de se reprendre. Après les deux en-avant face aux Fidjien, le Bayonnais récidivait avec d’emblée un coup de pied de dégagement contré par Simmons qui failli aboutir à un essai australien. Le Sud-Africain d’origine se rachetait quelques minutes plus tard en suivant parfaitement Yoann Huget qui fixait deux défenseurs avant de le servir pour une course qui échouait au pied du poteau de coin. Efficace dans le jeu au pied lointain, défenseur généreux n’hésitant pas à s’intercaler dans la ligne d’attaque dès que possible, le numéro 15 de l’Aviron a joué juste, avec sobriété, cherchant à se placer à bon escient sur les offensives aussies, toujours imprévisibles.

Dans la foulée de la première grosse occasion bleue, une passe un peu trop haute d’Alexandre Dumoulin pour Teddy Thomas empêchait les Bleus d’ouvrir la marque, le ballon filant en touche. Ce n’était que partie remise puisque les Bleus ouvraient le score grâce à leur charnière (percée de Camille Lopez, essai signé Sébastien Tillous-Borde). Au cœur de cette première partie de match très physique, les trois-quarts bleus défendaient avec hargne à l’image de ces plaquages percutants signés Dumoulin et Fofana sur Israel Folau, la star adverse. Le Racingman et le Clermontois se complétaient parfaitement dans l’axe du terrain, vifs comme l’éclair pour récupérer une chandelle (Fofana, 31e) ou pour assurer la continuité du jeu.

Teddy Thomas régale le SDF

Mais c’est bien Teddy Thomas qui a illuminé le Stade de France sur une action fantastique digne de Serge Blanco. Le Francilien s’est d’abord montré discret, concédant notamment une touche bête à la 23e minute en reposant le pied derrière la ligne après s’être saisi du cuir. Il a également défendu une ou deux fois comme une porte de saloon, mais quel joueur de classe en attaque ! Sevré de bons ballons jusqu’à la 28e minute, l’ancien Biarrot allait réaliser un grand numéro pour inscrire un essai quasi similaire à celui de Cédric Heymans face aux All Blacks en 2009 : L’ailier tricolore héritait du ballon en bout de ligne, à 40 m de la ligne adverse : il revenait alors intérieur, s’échappant dans un trou de souris pour venir déposer l’ultime défenseur d’un crochet extérieur fabuleux avant d’aller aplatir entre les perches. Magique et très intéressant une semaine après son triplé face aux Fidji.

Vidéo: L'essai sublime de Teddy Thomas

Fofana et Huget ont beaucoup plaqué

La France terminait plus faiblement ce premier acte de haute intensité, Spedding manquant de promptitude pour empêcher Ashley-Cooper de marquer l’essai relançant les Wallabies. Sentant cela, le staff décidait de remplacer Dumoulin par Matthieu Bastareaud dès l’entame du second acte. Le Toulonnais ne tardait pas pour effectuer une charge dévastatrice qui enflammait le public, mais les Bleus ne parvenaient pas à inscrire l’essai qui aurait tué le match. La seconde période sera d’ailleurs plus chaude pour les trois-quarts français, réduits à la portion congrue en attaque.

Fofana et Huget, peu servis dans de bonnes conditions, se démenaient comme des beaux diables pour plaquer l’adversaire et repousser tous les Australiens lancés comme des frelons. Quelquefois, les arrières bleus sont passés tout près de la catastrophe. Ils ont même craqué à deux reprises en tout, signe que tout n’est pas parfait. Mais leur abnégation et leur sens du sacrifice leur a permis de confirmer les espoirs placés en eux par PSA et ses adjoints. Ils ont clairement marqué des points dans l’optique du Tournoi et plus encore du Mondial 2015.

Test match