France - Australie : les trois défis des Bleus pour s'imposer

France - Australie : les trois défis des Bleus pour s'imposer

Publié le , modifié le

Une semaine après la victoire (52-8) contre les Samoa, l'équipe de France livre un test majeur contre les vice-champions du monde australiens (21h, en direct sur France 2 et francetvsport.fr). Difficiles vainqueurs de l'Ecosse dans le même temps, les Wallabies se passent de cinq cadres majeur (Folau, Hooper, Foley, Moore, Haylett-Petty) mais ne s'annoncent pas comme des victimes au Stade de France. Sur les dix dernières confrontations entre les deux nations en 8 années, le XV de France ne s'est imposé qu'à deux reprises. Dont lors du dernier duel, à Paris en 2014.

La défense

Trouée ponctuellement par les Samoans, l'équipe de France sait qu'elle ne pourra pas rééditer ce genre d'erreurs contre l'Australie. "Là où on a été mis en difficultés contre les Samoa pendant cinq minutes, cela risque de durer 80 minutes face aux Australiens", a prévenu Guy Novès, très admiratif de leur capacité à conserver le ballon. "L'adversaire a une capacité offensive très importante", ajoute-t-il avec "des lancements de jeu très performants." C'est pour cela que le staff tricolore a mis l'accent durant la semaine sur ce secteur du jeu. "On est averti des lancements de jeu", glisse Gaël Fickou, le trois-quarts centre remplaçant samedi. "Je ne dis pas qu'on ne se fera pas percer, mais on se prépare à relever le défi. On sait que cela se jouera sur la défense."

Vidéo: Le résumé de France - Samoa

Habitué à ferrailler au sein du pack, Yoann Maestri explique la problématique: "La défense  puise énormément d'énergie. Plus tu défends, plus du prends le risque de faire des fautes." Et comme le précise Gaël Fickou, "contre les Samoa, on a manqué de rigueur à certains moments. Contre l'Australie et la Nouvelle-Zélande, cela ne passera pas. On n'a jamais le temps de se relâcher contre eux: ils jouent tous les ballons. Ils produisent plus de jeu, ils tiennent le ballon, ils sont rapides." Et il assène le credo de la semaine: "Garder la ligne, rester soudé, monter fort, les agresser, et essayer de marquer des essais pour gagner."

Le jeu

Une semaine après une prestation aérée, virevoltante, offensivement assez aboutie, l'équipe de France passe un test autrement plus important. Guy Novès, le sélectionneur, l'a martelé: "On va essayer de jouer notre rugby. Jouer debout, donner de l'envergure à notre jeu, c'est le fil conducteur de notre projet. Mais je sais que jouer debout, on parvient à le faire une fois sur dix." L'avis est bien évidemment partagé par Yoann Maestri: "Tout le monde aimerait jouer debout, car cela implique d'être dans l'avancée. Ceux qui le font le mieux, c'est ceux qui dominent l'adversaire. Et c'est souvent comme cela qu'on débloque des situations."

Vidéo: L'essai de 90m de la France contre les Samoa

Jamais ce test-match n'a semblé aussi bien porté son nom: "Ce sont deux matches décisifs pour voir notre niveau", affirme Gaël Fickou. "On a l'obligation d'affronter les Australiens en utilisant nos armes", avertit Novès. "C'est en connaissant l'échec qu'on progresse. Si on ne joue pas, on ne pourra pas évoluer dans notre système. Pour jouer à haut niveau, il ne faut pas reculer. Ceux qui refuseront cela ne resteront pas avec nous." Reste à le mettre en application, face à une opposition plus rude, plus habituée à enchaîner les temps de jeu, le tout en faisant moins de fautes.

Les rucks et la zone du 10

Même si Michael Cheika n'a pas titularisé Michael Hooper en 3e ligne, l'Australie demeure une équipe extrêmement performante dans les rucks. David Pocock est passé maître dans la récupération des ballons dans les regroupements. "Quand on recule, c'est plus dur de gratter les ballons", prévient Yoann Maestri. "On se prépare à être plus vigilants sur les phases de ruck", confirme Machenaud. "C'est là que tout se joue, tout le tempo du match, dans des lancements de jeu." En titularisant, comme contre les Samoa, trois N.8 de métier dans sa 3e ligne (Ollivon, Picamoles, Gourdon), le staff tricolore veut imposer un défi physique à son homologue. Objectif: avancer encore et toujours pour ne pas laisser le temps aux chapardeurs wallabies de se saisir du ballon ou de ralentir sa sortie.

Mais les trois Français devront également être présents pour soutenir, en défense, leur N.10, Jean-Marc Doussain. Titularisé après la blessure de François Trinh-Duc, le Toulousain se sait particulièrement visé par les Australiens. C'est l'une des marques de fabrique des Wallabies, depuis des années: attaquer la zone du 10, avec la 3e ligne mais surtout deux centres de fort tonnage. Kuridrani et Godwin auront cette mission. 1.90m et 100kg pour le premier, 1.87m et 87kg pour le second, qui fêtera sa première sélection. Avec en plus le fantasque Quade Cooper à l'ouverture, relancé aux dépens du titulaire du poste Bernard Foley, Doussain sera placé au coeur de l'incertitude du jeu adverse. Connu pour ses qualités de défenseur, le joueur français de 91kg aura la lourde charge de garder sa lucidité pour organiser le jeu offensif tricolore. Tout un programme.

Les XV de d​épart

France: Spedding - Nakaitaci, Lamerat, Fofana, Vakatawa - (o) Doussain, (m) Machenaud - Gourdon, Picamoles, Ollivon - Maestri, Vahaamahina - Atonio, Guirado (cap), Baille. 
Remplaçants: Chat, Chiocci, Slimani, Le Devedec, Chouly, Serin, Lopez, Fickou.

Australie: Morahan - Naivalu, Kuridrani, Godwin, Speight - (o) Cooper, (m) Genia - Pocock (cap), McMahon, Fardy - Simmons, Douglas - Alaalatoa, Latu, Slipper. 
Remplaçants: Moore, S. Sio, Robertson, Skelton, Mumm, Phipps, Foley, Naiyaravoro.

 

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze