Equipe de France: Dans l'enfer d'une 1re mi-temps "catastrophique"

Equipe de France: Dans l'enfer d'une 1re mi-temps "catastrophique"

Publié le , modifié le

Pendant les quarante premières minutes de son match contre la Nouvelle-Zélande, l'équipe de France a été "d'un très faible niveau", selon son entraîneur Guy Novès. Un point de vue partagé par les joueurs eux-mêmes, qui ne parvenaient pas à expliquer ce manque d'investissement.

"On a eu le courage de revenir sur le terrain en 2e période et de tenter de jouer en équipe." Pour un combattant comme Guilhem Guirado, qui plus est capitaine du XV de France, avoir ces mots dénote le traumatisme né en 1re période contre les All Blacks. "Ce n'est pas acceptable sur le plan comptable comme sur le plan de l'état d'esprit", ajoutait en écho Antoine Dupont, le demi de mêlée titulaire pour la première fois à même pas 21 ans. L'une des rares satisfactions de la rencontre. "Il y avait un manque d'agressivité" relevait Sébastien Vahaamahina, le 2e ligne. "On n'a pas eu de ballon, et on n'a fait que défendre. Les Néo-Zélandais ont joué sur leur tempo."

Mais que s'est-il passé pour aboutir à cette bouillie de 1re période, conclue sur un score net (31-5) et une impression d'un monde entre ces deux équipes ? "Je ne sais pas", glisse Kevin Gourdon, le 3e ligne. "C'était catastrophique. C'était plus un problème collectif qu'individuel. On n'a pas fait ce qu'on voulait produire." Le mot "catastrophique" est sur toutes les lèvres. Sébastien Vahaamahina raconte: "On ne montait pas assez vite. Et on ne présentait pas une ligne compacte. Chacun y allait de son côté. Mais quand on passe on temps sur le reculoir, c'est difficile d'avancer."

"Limite une faute professionnelle"

Du banc de touche, Damian Penaud constatait les dégâts: "On n'a pas réussi à ressortir les ballons comme on le voulait. Et on en a perdus beaucoup. Les All Blacks étaient dans l'avancée, ils récitaient leur rugby. L'idée était de les agresser en défense, mais on a été trop attentistes." Couper les extérieurs, les empêcher de marquer lors de leurs trois premiers temps de jeu où ils font souvent la différence, rien n'a fonctionné comme espéré. "On avait peut-être moins envie qu'eux."

Pour tous, le même constat s'impose: "Le discours tenu à la mi-temps, c'était de jouer à notre niveau", explique Kevin Gourdon. "C'était à la limite de la faute professionnelle." Pour Damian Penaud, "on ne pouvait pas faire pire. On s'est fait remonter les bretelles." Pour sa première sélection, Judicaël Cancoriet avouait: "Ils nous ont dit de montrer un autre visage, sinon on allait en prendre 60." Les Français ont gagné la deuxième période. C'est peu. Pourtant, Antoine Dupont estime que le XV de France "a eu sa chance de revenir dans ce match", autour de l'heure de jeu. Les Bleus ne l'ont pas saisie.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze