Les Clermontois Camille Lopez, Wesley Fofana et Rémi Lamerat
Camille Lopez dans la joie entouré de Wesley Fofana et Rémi Lamerat sous le maillot de Clermont | AFP - THIERRY ZOCCOLAN

Camille Lopez, symbole de la filière en or de Clermont dans le XV de France

Publié le , modifié le

Malgré la blessure et le forfait de Scott Spedding, le staff de l'équipe de France a maintenu la présence de 5 Clermontois au sein des Bleus qui vont affronter samedi la Nouvelle-Zélande, au Stade de France. Camille Lopez titularisé à l'ouverture, il sera le 4e Mousquetaire des lignes arrières, aux côtés des centres Fofana et Lamerat et de l'ailier Nakaitaci, loin derrière le 2e ligne Sébastien Vahaamahina. Des choix tout sauf innocents.

Si Clermont n'a remporté qu'un seul Bouclier de Brennus dans toute son histoire, et que cela date de 2010, ce club s'est installé comme une référence en France. L'actuel leader du Top 14 (avec 6 pts d'avance sur son suivant) compte cinq joueurs présents dans le XV de départ (et 6 parmi les 23) qui va affronter les All Blacks, soit un tiers de l'équipe. C'est l'équipe la plus représentée dans ce XV de France, coaché par des techniciens toulousains pure sucre (Novès, Bru, Dubois). Et ce n'est pas d'hier, puisque la semaine dernière, c'était déjà le cas. Meilleure attaque du Top 14 avec 34 essais inscrits (soit 7 de plus que son dauphin), l'ASM est une machine à jeu.

"Pas que les titres qui valorisent le travail"

"Je suis admiratif du travail de Franck Azéma", disait la semaine dernière Guy Novès. "Il n'y a pas que les titres qui valorisent le travail, il y a aussi la durée à haut niveau. Ces cinq Clermontois le symbolisent." Le forfait de Spedding a été compensé par la titularisation de Camille Lopez, pour maintenir cinq Jaunards chez les Bleus. Au-delà des résultats de l'ASM, les Auvergnats bénéficient aussi du jeu développé dans leur club. Depuis Vern Cotter, Clermont produit énormément de temps de jeu, impose son rugby à base de vitesse. "Le rugby de Clermont me séduit", avoue le sélectionneur. "Le jeu nous correspond, il se rapproche du notre."

Fofana-Lamerat, symbole de l'entente des Jaunards

Depuis le début de cette tournée d'automne, le XV de France semble avoir retrouvé les envolées du passé, et l'ambition du large qui semblait l'avoir abandonné. "Le jeu en équipe de France ne diffère pas trop de celui à Clermont", reconnaît Rémi Lamerat, arrivé en Auvergne l'été dernier. Le trois-quarts centre fait partie des grands gagnants de cette tournée. Son association avec Wesley Fofana a été privilégiée tant en club qu'en équipe nationale. Les deux hommes sont habitués à jouer ensemble, ce qui diminue le temps d'adaptation et de réaction. Solides, perforants, capables de donner après contact, les deux hommes symbolisent les progrès du jeu tricolore. Titulaire pour la 3e fois de suite, l'ancien Castrais, élevé à la sauce Novès dans le centre de formation du Stade toulousain, avoue que "cette marque de confiance (...) me permet de me lâcher un peu plus." Ce n'est pas le seul.

Lopez sur la trajectoire de Nakaitaci ?

La semaine dernière, outre Virimi Vakatawa, un autre joueur a éclaté face aux Wallabies: Noa Nakaitaci. Lors de ses 8 sélections passées, l'ailier clermontois n'avait pas toujours été aussi tranchant, aussi entreprenant. Face aux Australiens, il a été très souvent à l'origine des mouvements d'envergure. Quatrième membre de cette ligne d'arrières "made in Auvergne", Camille Lopez aimerait s'inscrire dans cette trajectoire. Rappelé dans le groupe France la semaine dernière après la blessure de Trinh-Duc, le demi d'ouverture a gagné le droit de débuter, en lieu et place de Jean-Marc Doussain. "Ils sont tous deux animés par la même envie de faire vivre le ballon", balaye Lamerat au sujet de différences entre les deux joueurs. Mais il concède tout de même: "On a des repères, mais dans un système de jeu un peu différent. Peut-être pourra-t-on anticiper un peu plus..."

Vidéo: L'essai de Fofana contre l'Australie, avec la percée de Nakaitaci pour point de départ

Ancien taulier du poste du temps de Philippe Saint-André, il avait été laissé de côté pour la Coupe du monde. L'image qui restait de lui, c'était un Tournoi des 6 Nations médiocre, comme toute l'équipe de France, et peu lucide comme après la défaite à domicile contre le Pays de Galles où il avait lancé: "J'ai pris du plaisir, on a osé". Un an et demi après, Camille Lopez semble avoir évolué: "Il a gambergé" après son drop raté en fin de match, glissait Rémi Lamerat. "C'est un perfectionniste. Il ne lui en faut pas beaucoup pour se sentir coupable." Mais ses coéquipiers l'ont remis sur le droit chemin: "Ce n'est pas le fait de jeu qui nous fait gagner, mais il ne nous fait pas perdre pour autant", souligne son coéquipier de Clermont, qui l'appelle "Le boss". "Il a pris un gros poids au sein du club. Il est très intelligent et analyse très bien l'adversaire. Et surtout, il aime agresser la ligne d'avantage. Du coup, c'est un régal de jouer derrière lui", synthétise Lamerat.

Avec ses trois coéquipiers clermontois des lignes arrières, Camille Lopez parviendra-t-il à se sentir comme au stade Marcel-Michelin samedi soir au Stade de France avec le maillot bleu sur les épaules, le tout face au meilleur joueur de la planète, Beauden Barrett  ?

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze

Test match