Argentine - France, l'heure de la concrétisation

Argentine - France, l'heure de la concrétisation

Publié le , modifié le

Après un premier test-match perdu (30-19) avec une équipe très jeune et valeureuse, le XV de France retrouve les Argentins, à Tucuman, pour un deuxième duel (20h10). Avec le renfort de Toulousains (Picamoles, Médard, Maestri, Fickou) arrivés tadrivement, et avec un Trinh-Duc titulaire à l'ouverture, les hommes de Guy Novès tenir 80 minutes pour remporter une troisième victoire cette saison lors de ce 7e match.

"La touche a été parfaite, la mêlée très bonne même s'il y en a peu eu face à des Argentins très joueurs, avec beaucoup de gaz comme on s'y attendait." L'analyse de ce premier match est l'oeuvre de Yoann Maestri, capitaine ce soir de l'équipe de France. Voici une semaine, il était dans les tribunes du stade de Tucuman, bien placé pour juger de la performance des Français. Jeune, à l'image de la charnière Serin-Plisson, cette équipe de France avait livré une belle prestation, avant de s'éteindre progressivement. En s'appuyant sur les expérimentés toulousains (Médard, Fickou, Picamoles, Maestri), arrivés en début de semaine dernière après leur élimination en barrage du Top 14, Guy Novès dispose d'un XV de départ beaucoup plus cohérent et apte à livrer une bataille jusqu'au bout. 

En reconstruction, le XV de France doit passer des caps, et cela passe par des victoires. Les deux victoires conquises en début du Tournoi des 6 Nations face à l'Italie et l'Irlande sont un bien faible ratio en six rencontres pour l'ancien manageur de Toulouse, habitué aux sommets. Ce 7e match de son ère doit passer par une victoire face à une nation qui a fini 4e de la dernière Coupe du monde, pour suivre son exemple: "On sort d'une Coupe du monde catastrophique et beaucoup de joueurs ont arrêté donc on est en reconstruction avec certains joueurs qui découvrent le très haut niveau. Donc on est obligé d'avoir une envie de progression. Il faut avoir une ligne directrice et s'y accrocher. Comme les Argentins en novembre 2012, qui avaient pris 40 points contre nous et les Irlandais. Mais ils ont fait jouer leurs jeunes et leur travail de reconstruction a payé", souligne Yoann Maestri, qui sera capitaine de cette équipe ce soir.

De l'agressivité défensive demandée 

Comme il en a pris l'habitude depuis sa prise de fonction, le staff tricolore a procédé à de nombreux changements. Comme à chaque fois, un tiers des joueurs de l'équipe de la semaine passée a changé. "On essaie d'être en accord avec ce qu'on avait dit à notre arrivée: on veut avoir l'opportunité de voir tout le monde. Ce sera le cas, que ce soit comme titulaires ou en entrant en jeu", a expliqué Guy Novès au moment de l'annonce de son équipe. Première association à la charnière du duo Serin-Trinh-Duc, idem au centre avec la paire Lamerat-Fickou, alors que la 3e ligne aura des apparence de fort tonnage avec le trio Gourdon-Goujon-Picamoles, trois N.8 en puissance. En première ligne, l'intégration d'Uini Atonio en pilier droit, dont la puissance et la masse devront maintenir la bonne tenue de la mêlée tricolore aperçue la semaine dernière. "Uini est très dynamique, il est capable de jouer dans la ligne d'avantage, de faire des passes dans la défense. Il correspond au rugby qu'on veut mettre en place", a justifié le sélectionneur.

La titularisation de Tomas Lavinini, de retour de suspension et poutre du pack argentin, représentera un gros danger en deuxième ligne. "On a été très bons en conquête (dimanche) mais les Argentins ont eu quand même leurs ballons. Je ne sais pas s'ils seront plus rugueux, mais ils seront peut-être plus réglés", annonce Maestri pour ce deuxième test. "Après, à nous d'être moins permissifs en défense."

Cette parole résonne en écho aux propos de Novès qui disait: "On a pris trois essais quand même. Il faut plus de lucidité, d'investissement et d'agressivité dans ce secteur. Il y a eu beaucoup de plaquages manqués. Il faut que les joueurs s'engagent plus". 

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze