XV de France : "On est encore dans la course pour gagner le Tournoi, donc on est surmotivés", affirme Gaël Fickou

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Gaël Fickou
Gaël Fickou, joueur international français de rugby à XV. | Anne-Christine POUJOULAT / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Après la défaite face à l'Angleterre samedi 13 mars, le XV de France s'apprête à affronter le pays de Galles le 27 mars pour le tournoi des Six Nations. Le centre tricolore, Gaël Fickou présent en conférence de presse ce mardi 16 mars affirme que son équipe est "surmotivée".

Le rôle du trois quarts centre Gaël Fickou, qui fait presque figure d'ancien à 26 ans du haut de ses 61 sélections, "continue d'évoluer" au sein d'un XV de France "surmotivé" à l'idée de conserver samedi face au pays de Galles une chance de remporter le Tournoi des six nations.

La pression est-elle montée d'un cran après la défaite en Angleterre (23-20) le week-end dernier ?
Gaël Fickou
: "Ce n'est pas de la pression, ou alors de la pression positive. C'est vrai qu'on a perdu en Angleterre. Au début, on était frustrés. Aujourd'hui, on l'évacue et on se concentre sur le match du pays de Galles. On est encore dans la course pour gagner le Tournoi, donc on est surmotivés."

à voir aussi Tournoi des Six Nations : l'Angleterre prive la France d'un possible Grand Chelem en s'imposant au bout du suspense Tournoi des Six Nations : l'Angleterre prive la France d'un possible Grand Chelem en s'imposant au bout du suspense

Avez-vous le sentiment d'avoir pris une nouvelle dimension chez les Bleus depuis le début de l'ère Galthié ?
GF
: "On essaie de toujours progresser. Quand on a 18, 19 ou 20 ans, on évolue. Aujourd'hui j'en ai 26 donc je continue d'évoluer et j'évoluerai encore avec le temps. Je pense que je me suis amélioré un peu en défense. J'essaie aussi de faire plus jouer mes coéquipiers. J'étais avant beaucoup plus positionné en numéro 13, un poste où il y a plus d'espaces. Aujourd'hui je suis numéro 12, donc forcément tu joues moins de duels et tu es davantage un relais. J'essaie d'amener le ballon sur nos ailes, vu qu'on a tellement de qualité en deuxième centre, avec Virimi (Vakatawa) ou Arthur (Vincent), ou avec nos ailiers et nos arrières. On essaie de déplacer le ballon parce que ça fait partie de notre système aussi."

à voir aussi Tournoi des Six Nations : fin cruelle, match débridé, huis clos... ce qu'on l'a aimé et moins aimé d'Angleterre-France Tournoi des Six Nations : fin cruelle, match débridé, huis clos... ce qu'on l'a aimé et moins aimé d'Angleterre-France

Aviez-vous déjà évolué dans une équipe avec une telle ligne d'attaque ?
GF
: "Il y a toujours eu de la qualité en équipe de France. Peut-être qu'elle était moins mise en évidence puisqu'on dominait moins. C'est vrai que cette dernière année on a vu qu'on marquait beaucoup d'essais et qu'on avait des joueurs assez incroyables. Presque l'ensemble de la ligne des trois quarts, voire même nos avants, qui ont des qualités de vitesse incroyables. C'est sûr que d'avoir des joueurs comme Antoine (Dupont), Virimi (Vakatawa), Teddy Thomas, Damian Penaud... nous apporte une vraie plus-value quand on fait nos lancements de jeu. On l'a vu ce week-end, on l'a vu contre l'Italie, on l'a vu contre l'Irlande. Il va falloir s'en servir contre le pays de Galles parce qu'on est conscients que c'est une arme redoutable pour nous. Mais tout ça n'arriverait jamais sans nos avants, qui font un énorme boulot. On a nos ballons en touche et en mêlée, ce qui nous permet de très bien lancer le jeu."

Propos recueillis en visioconférence de presse

AFP