Finn Russell
Finn Russell a été exclu du groupe de l'Ecosse pour un écart de conduite. | Odd ANDERSEN / AFP

VI Nations : Finn Russell n'a "aucune relation" avec le sélectionneur de l'Ecosse

Publié le , modifié le

Exclu du groupe écossais pour les deux premiers matches du Tournoi des VI Nations pour un écart de conduite, l'ouvreur du Racing 92 Finn Russell a critiqué dimanche le manque de communication du sélectionneur Gregor Townsend.

Sans lui, l'Ecosse n'y arrive pas. Contraint de jouer sans Finn Russell, le XV du Chardon a perdu ses deux premiers matches du Tournoi des VI Nations, grappillant le point de bonus en Irlande (19-12) et contre l'Angleterre à Murrayfiled (13-6) après une rencontre disputée dans des conditions météorologiques dantesques. Le demi d'ouverture avait été exclu de sa sélection pour avoir bu tard le soir en pleine préparation.

à voir aussi 6 Nations : L'Angleterre s'impose sous le déluge en Ecosse 6 Nations : L'Angleterre s'impose sous le déluge en Ecosse

Des relations compliquées entre Russell et le sélectionneur

"Je rejouerai pour l'Écosse à un moment donné. C'est certain que ça arrivera", a-t-il toutefois assuré au Sunday Times. "Mais tant que je ne verrai pas ou ne sentirai pas les changements importants dont j'ai besoin pour revenir jouer à mon meilleur niveau, ce sera difficile pour moi de le faire", a-t-il précisé.

L'ouvreur talentueux, mais parfois fantasque, a notamment pointé un "manque de confiance" au sein de la sélection lié au fait que Gregor Townsend, le sélectionneur, serait totalement hermétique à tout avis différent sur la tactique à mettre en oeuvre. "Là tout de suite, nous n'avons aucune relation, on ne travaille pas du tout ensemble", a-t-il regretté, contrairement à ce qui se passe pour lui en club avec le Racing 92.

"Huit ans que je l'ai comme entraîneur (en sélection et avant cela en club avec les Glasgow Warriors) et je ne le connais pas vraiment. Nous n'avons aucune relation personnelle."

La dispute de 2018

Il a estimé que l'incident menant à son exclusion - quelques bières et un retour dans sa chambre à 23 heures et pas une beuverie nocturne, selon lui - à été monté en épingle. "Toute cette situation a tourné autour de moi qui voulait prendre un verre alors qu'en fait c'est une question de contrôle, de respect et de confiance sur et en dehors du terrain", a-t-il plaidé.

Parmi les accrochages bien connus entre les deux hommes, il y a eu la "dispute", selon les termes de Russell à la mi-temps du match contre l'Angleterre en 2019 où l'Ecosse était menée 31-7 à la pause, mais avait arraché un nul mémorable 38-38, le premier match à Twickenham qui ne se terminait pas en défaite pour eux depuis 1983.

AFP