Tournoi des Six Nations : une Irlande méthodique surclasse l'Angleterre

Publié le , modifié le

Auteur·e : Julien Lamotte
Keith Earls Irlande Angleterre
Keith Earls échappe à la défense anglaise pour inscrire le premier essai de l'Irlande à Dublin, le 20 mars 2021 | NIALL CARSON / POOL / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

L'Irlande a réalisé un match extrêmement solide pour dominer l'Angleterre à l'Aviva Stadium de Dublin lors de la cinquième et dernière journée du Tournoi des Six Nations (32-18), samedi 20 mars. Fidèles à leur tradition de réalisme et de combat, les Irlandais ont profité de largesses anglaises qui avaient pourtant disparu contre les Bleus la semaine dernière.

Cette victoire face à l'Angleterre (32-18) ne doit rien à l'emblème du XV irlandais : le Trèfle, symbole de chance. Le succès des hommes d'Andy Farrell est mérité et compte pour l'honneur plus que pour le classement final, les deux équipes ne jouant "que" pour la troisième place du Tournoi. Mais, entre Irlandais et Anglais, la confrontation dépasse forcément ce cadre comptable.

Elle est historique, culturelle, politique. Le XV de la Rose ne le sait que trop bien mais il est quand même retombé dans ses travers. Une semaine trop tard diront les Bleus, battus à Twickenham samedi dernier. Les hommes verts, eux, se sont félicités de ce timing en régalant le fantôme de leur public à l'Aviva Stadium. 

L'éclair Earls

Le début du match ne laissait cependant pas présager d'un festin vert. C'était plutôt ceinture pour tout le monde. Les 22 mètres adverses étaient alors un no man's land complet. Les deux équipes se tenaient à distance comme des boxeurs qui n'osaient pas se livrer, utilisant leur allonge, à savoir le jeu au pied, pour maintenir l'autre à distance.

Les buteurs Owen Farrell (9e) et Jonathan Sexton (18e), dans ces conditions, sont les seuls à boire du petit lait (3-3). Mais, à la 23e, un éclair zèbre le ciel gris de Dublin : sur un lancement en première main, Keith Earls arrive lancé comme un obus et, par la grâce de quelques louvoiements, l'ailier irlandais s'en va inscrire le premier essai du Trèfle ! (10-3)

La Rose ne se laisse pas couper facilement pour autant. Si elle ne dégage pas la même impression de maîtrise collective que face aux Bleus la semaine passée, l'Angleterre s'accroche. Par le pied de Farrell (10-6, 27e), et par une pression constante.

Mais les partenaires de Maro Itoje se font pourtant cueillir une seconde fois. Souvent décriée pour son rugby restrictif, l'Irlande enchaîne une phase de jeu complètement folle, rebondissant sur les deux ailes, impliquant avants comme arrières, et finalement conclue en apothéose par le bras tendu de Conan (20-6, 37e).

La seconde période sera plus confuse, mais néanmoins toujours sous l'égide verte. Avec un Sexton encore précieux à la manœuvre comme dans l’exécution des hautes œuvres au pied, le XV du Trèfle n'avait rien à craindre, pas même l'expulsion de son centre Aki, coupable d'une charge à l'épaule sur Billy Vunipola (64e). Si l'Angleterre marque dans la foulée de cette expulsion par Ben Youngs, ce n'est qu'un feu de paille. Les derniers soubresauts d'une bête blessée et qui, contrairement à ce que l'on aurait pu croire après sa victoire contre le XV de France, n'est pas guérie.

L'Irlande termine le match à 13, avec le carton jaune de Conor Murray (78e), encaissant même un dernier essai pour l'honneur de May (79e) mais elle finit sur une troisième victoire consécutive dans ce Tournoi. Une victoire contre l'Angleterre surtout. Et ça, ça n'a pas de prix.