Tournoi des Six Nations : Brice Dulin, un taulier revenu au sommet

Publié le , modifié le

Auteur·e : Hugo Monier
dulin

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Acteur majeur de la victoire du XV de France en Irlande (13-15) dimanche 14 février dans le Tournoi des Six Nations, Brice Dulin a montré toute son émotion après la rencontre. A 30 ans, après une grave blessure en 2018, l'arrière des Bleus savoure ce retour au sommet.

Ce sera l'image forte de cet Irlande-France. Brice Dulin, agenouillé sur la pelouse après le coup de sifflet final, ne peut retenir ses larmes. Larmes de soulagement après 80 minutes d'un combat rude, où les Bleus se sont avant tout illustrés défensivement pour arracher la première victoire tricolore à Dublin depuis dix ans. Larmes de joie, aussi, pour celui qui retrouve à 30 ans le plaisir des victoires de prestige en sélection, après avoir connu les années de vache maigre. 

Des bonheurs "rares"

Ces larmes, c'est encore l'intéressé qui en parle le mieux. "C'est pour tout : le parcours, le match, tout. Ce sont des bonheurs qu’on aime avoir, qui sont rares, a expliqué Dulin après la rencontre. Tout le travail qu’on effectue depuis deux semaines, depuis un an et demi et plus avec ce groupe. Tout ça, c'est superbe. Les années en sélection n’ont pas toujours été roses. On savoure." Si la nouvelle génération rêve de Grand-Chelem, lui a connu les Tournois où la France luttait pour la 4e place. Les Coupes du monde avec plus de craintes que d'espoirs. Surtout, il pensait son aventure chez les Bleus terminée depuis longtemps. 

Fin 2017, Brice Dulin est profondément touché par le décès de son père à 64 ans. Quelques mois plus tard, il est victime d'une rupture du ligament croisé antérieur du genou gauche. "La douleur est peut-être plus vive encore aujourd’hui, raconte-t-il alors à Midi OlympiqueAu fil des jours, je prends conscience de son absence. Le fait d’être blessé me laisse aussi le temps de réfléchir. Trop, peut-être…" Mais Dulin n'abandonne pas et remonte la pente, petit à petit. "La chance que j’ai eue, c’est de pouvoir rejouer après ma blessure, expliquait-t-il à Ouest-France avant d'affronter l'Irlande. Je n’ai pas forcément été très performant mais on m’a fait confiance en club, on m’a laissé le temps de revenir. Avec le temps de jeu, le plaisir est revenu, les sensations aussi"

Trois ans d'absence chez les Bleus

Son retour pour la Coupe d'automne des nations en 2020, trois ans après son dernier match en mars 2017, a été dans la peau d'un remplaçant. Parti avec une longueur de retard sur le duo Thomas Ramos-Anthony Bouthier, le néo-Rochelais (il a quitté le Racing l'été dernier) a refait son retard en quelques apparitions. Aujourd'hui, il est l'un des tauliers du XV de France et l'a encore montré face à l'Irlande. Des premières hésitations, avec un coup de pied contré et une chandelle mal réceptionnée, puis une démonstration d'implication et de sérieux, comme un diapason des Bleus. 

à voir aussi Tournoi des Six Nations : l'opportunisme et la défense des Bleus, la touche défaillante... tout ce que l'on a aimé et moins aimé dans Irlande-France Tournoi des Six Nations : l'opportunisme et la défense des Bleus, la touche défaillante... tout ce que l'on a aimé et moins aimé dans Irlande-France

Son jeu au pied d'occupation a pu soulager des Bleus en souffrance et, une fois sa première erreur oubliée, il a parfaitement géré les ballons aériens envoyés par les Irlandais. Le XV de France au creux de la vague, il s'est distingué par un sauvetage héroïque en bout de ligne pour priver les Irlandais d'un essai. Son plaquage sur James Lowe a poussé l'ailier, pour quelques centimètres, en touche. Outre son travail défensif, il a également su apporter offensivement en venant se proposer dans la ligne des trois-quarts. On le retrouve décisif dans le deuxième essai français, où il fixe la défense avant d'envoyer Damian Penaud dans l'en-but. 

Vétéran à 30 ans dans un groupe tricolore rajeuni, Brice Dulin n'accorde que peu d'importance aux histoires de statuts. "Je suis le plus vieux maintenant c’est bizarre, s'amusait-il en conférence de presse avant d'affronter l'Irlande. C’est surtout un échange qui se fait quotidiennement mais il n’a jamais été question d’anciens ou de jeunes, c’est une question d’échange et de confiance entre nous. Personnellement, je rejoins ce groupe qui est en pleine confiance et qui a créé plein de belles choses. C’est encore plus facile d’arriver avec une équipe qui gagne." Et si les Bleus continuent à gagner, c'est désormais aussi grâce à Brice Dulin. 

-

à voir aussi Tournoi des Six Nations : après deux victoires, les Bleus "sont loin d'être rassasiés" Tournoi des Six Nations : après deux victoires, les Bleus "sont loin d'être rassasiés"