Jonathan Sexton Irlande Ecosse
Jonathan Sexton s'apprête à marquer le premier essai de l'Irlande contre l'Ecosse | PAUL FAITH / AFP

Rugby : L'Irlande souffre mais s'offre l'Ecosse

Publié le , modifié le

Parfois poussive, l'Irlande est tout de même venue à bout de l'Ecosse pour l'entrée en lice des deux équipes dans le Tournoi des 6 Nations (19-12) samedi. Le XV du Trèfle, qui recevra le pays de Galles lors de la 2e journée, va devoir hausser son niveau de jeu pour prétendre à la victoire finale. Quant à l'Ecosse, elle a été fidèle à elle-même, en se battant jusqu'au bout mais en se plombant par de trop nombreuses erreurs.

Tous les feux ne sont pas encore au vert pour l'Irlande mais au moins celle-ci n'a pas manqué son envol dans ce Tournoi 2020. A la recherche de certitudes depuis sa Coupe du monde décevante et le départ de son entraîneur emblématique Joe Schmidt, le XV du Trèfle a montré une volonté manifeste de proposer un jeu un peu moins restrictif que celui de ces derniers mois. Mais ni Rome, ni Dublin ne se sont faites en un jour et il faudra du temps avant que les planètes ne s'alignent complètement. Il faut dire aussi que l'Ecosse n'a pas rendu les expérimentions irlandaises aisées. Toujours aussi accrocheurs et imprévisibles, les partenaires de Stuart Hogg ont gêné aux entournures le XV d'Irlande. 

Après l'ouverture du score par Hastings, les hommes en Vert ont réagi rapidement grâce à leur nouveau capitaine, après le départ de Rory Best, Jonathan Sexton. Ce dernier a donc montré l'exemple en se trouvant à point nommé pour profiter d'une fausse piste de Larmour et marquer dans un fauteuil (7-3, 11e). 

Une pénalité de chaque côté plus tard et les deux équipes ont regagné les vestiaires sans que l'Irlande ne soit parvenue à totalement convaincre (10-6). Solides mais imprécis dans le dernier geste, les hommes d'Andy Farrell ont montré de bonnes choses mais n'ont pas rappelé cette machine impitoyable qu'était l'Irlande il y a encore un an. Et le XV au Chardon, fidèle à lui-même, a brouillé les cartes par ses relances incessantes des quatre coins du terrain. 

En seconde période, l'Ecosse a fait mieux que rivaliser en puissance avec son adversaire et aurait même pu revenir à égalité sans une invraisemblable boulette de Stuart Hogg, l'un de ses joueurs les plus expérimentés. Et certainement le plus talentueux depuis des années. Il ne s'agit donc pas de condamner le célèbre numéro 15 mais plutôt d'être désolé pour lui, qui, seul en bout de ligne, n'a plus qu'à aplatir mais qui a vu le ballon lui échapper inexplicablement... 

L'Ecosse a laissé passer sa chance. Elle a eu beau se rapprocher, s'accrocher, rester à portée de l'Irlande, il y a toujours eu une pénalité de Sexton ou une maladresse pour les priver de l'exploit. Symbole de ce manque de réalisme, une succession de groupés à moins de 3 mètres de la ligne d'essai irlandaise à quelques minutes de la fin et qui a fini par un ballon gratté par le Trèfle... Un Trèfle qui porte décidément bien sa réputation de porte-bonheur.