Le pays de Galles survole l'Italie en ouverture du Tournoi

Publié le , modifié le

Auteur·e : Julien Lamotte
Alun Wyn Jones pays de Galles Italie
Alun Wyn Jones capte un ballon en touche contre l'Italie | GEOFF CADDICK / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le pays de Galles a réussi son entrée en lice dans le Tournoi des 6 Nations en dominant très facilement, et sans forcer, une faiblarde équipe italienne (42-0) à Cardiff. Auteur de cinq essais, le XV du Poireau entame de la meilleure manière la défense de son Grand Chelem. Quant à la Squadra, privée de leaders et d'inspiration, elle continue de voir le fossé se creuser avec les autres nations du Tournoi.

Ce n'est pas ce genre de match qui va plaider la cause du maintien de l'Italie dans le Tournoi des 6 Nations. Déjà largement contestée, la légitimité de la Squadra en a encore pris un coup au Millenium Stadium, notamment au cours d'une première période durant laquelle la différence de niveau avec les Gallois fut assez cruelle. L'essentiel du jeu s'est passé dans les 22 mètres transalpins, là où les hommes du nouveau sélectionneur Franco Smith ont constamment été acculés par des Dragons furieux. 

Porté par la botte d'un Dan Biggar aussi précis que précieux, le XV du Poireau a rapidement inscrit deux essais par sa flèche Josh Adams, qui confirme match après match ses exceptionnels talents de finisseur. Le premier est intervenu après un mouvement en première main joué rapidement et un décalage de Halfpenny qui a mis en orbite l'ailier gallois.

Le deuxième essai d'Adams a, lui, été moins "classique" : en bout de ligne après un travail de sape de ses avants et servi par une géniale passe entre les jambes de Biggar ! Ce geste, qui n'était pas sans rappeler celui de l'ancien ouvreur néo-zélandais Carlos Spencer, a pris de vitesse et de surprise le dernier défenseur italien et Adams n'a plus eu qu'à plonger pour conclure. Sublime, aussi bien dans sa conception que dans sa réalisation. 

Avec un bon gros matelas d'avance à la pause (21-0), le pays de Galles a pu se reposer sur ses lauriers. Se reposer c'est bien, mais il faut ensuite se réveiller. Après de longues minutes où les partenaires d'Alun Wyn Jones ont laissé les Italiens faire (approximativement) le jeu, ils se sont enfin repris pour planter une troisième banderille par le rentrant Tomkin, dans l'échine de la bête blessée. Cette dernière a bien tenté de s'ébrouer mais cette équipe manque de tout, sauf de courage, pour espérer rivaliser.

Adams voit triple

Hormis une mêlée plutôt satisfaisante, la Squadra a été surpassée dans tous les domaines par les tenants du titre. Wayne Pivac, le nouveau sélectionneur, peut se montrer satisfait de cette première. D'autant que, cerise sur le tiramisu, ses joueurs ont décroché le point du bonus à 3 minutes de la fin par l'inévitable North (35-0, 77e), Adams signant même un triplé dans les ultimes secondes pour faire bonne mesure (42-0, 80e). Mais il faudra attendre le déplacement en Irlande, la semaine prochaine, pour en savoir plus sur la véritable force de cette équipe galloise. Pour ce qui est de celle de l'Italie, c'est malheureusement déjà tout vu.