France - pays de Galles : Galthié reconduit le même XV de France face aux Gallois, Ntamack toujours sur le banc

Publié le , modifié le

Auteur·e : Loris Belin
Matthieu Jalibert, l'ouvreur du XV de France, utilise son jeu au pied le 13 mars 2021 à Twickenham
Matthieu Jalibert, l'ouvreur du XV de France, utilise son jeu au pied le 13 mars 2021 à Twickenham | Adrian DENNIS / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

La France débutera contre le pays de Galles, samedi 20 mars, avec les mêmes titulaires qu'en Angleterre une semaine plus tôt. Fabien Galthié a annoncé ce jeudi 18 mars avoir reconduit l'intégralité de son XV de départ, performant mais battu (23-20) à Twickenham lors de la 4e journée. Romain Ntamack débutera ainsi sur le banc, qui connait, lui, quelques changements.

On ne change pas une équipe qui perd pour le XV de France. Contre le pays de Galles samedi 20 mars (21h00 sur France 2 et France.tv), Fabien Galthié a décidé de reconduire la même formation qui avait débuté la rencontre samedi dernier à Twickenham, en dépit de la défaite finalement enregistrée par les Bleus (23-20). Convaincants face au XV de la Rose, les titulaires profitent autant de leur belle prestation que de celle plus décevante des remplaçants. Les ajustements sont d'ailleurs à trouver sur le banc tricolore avec les retours de Uini Atonio ou d'Arthur Vincent.

à voir aussi Tournoi des Six Nations : l'Angleterre prive la France d'un possible Grand Chelem en s'imposant au bout du suspense Tournoi des Six Nations : l'Angleterre prive la France d'un possible Grand Chelem en s'imposant au bout du suspense

Fabien Galthié compte ainsi sur les automatismes et l'enchaînement des efforts pour remporter un Tournoi encore à la portée de ses joueurs. Si pour le Grand Chelem, c'est râpé, un succès contre les Gallois pourrait relancer le suspense, avant le France – Ecosse reporté, et qui pourrait alors être une véritable finale pour le titre. La France a dominé le XV du Poireau lors de ses deux affrontements en 2020, la dernière fois 38-21 avec cinq essais à la clé. Cela laisse espérer une victoire bonifiée qui pourrait tout changer. Mais ces Gallois-là n'avaient pas grand-chose à voir avec ceux vus depuis le début du Tournoi 2021. Avant de penser à la gagne, les Bleus vont, avant tout, devoir priver leurs adversaires du Grand Chelem. "Signer un succès bonifié ne change pas grand-chose sur notre préparation", a insisté Fabien Galthié. "Le focus, il est sur notre match, notre capacité à être performants."

Jalibert reste devant Ntamack, Taofifenua malgré la douleur

Pour cela, le staff estime avoir retenu la leçon samedi dernier. Les "finisseurs" du banc et sa composition penchant largement vers les avants (six contre les seuls Ntamack et Serin sur les lignes arrières) n'ont pas marqué de points, faiblissant de minute en minute face aux coups de boutoirs anglais. L'interrogation de la titularisation de Romain Ntamack a ainsi été balayée, le joueur du Stade Toulousain – pas encore en pleine possession de ses moyens - souffrant de la comparaison avec un Matthieu Jalibert inspiré en terres anglaises, même si certains de ses choix ont été discutés. "Pourquoi Matthieu ? La réponse est simple : parce qu'il a été performant" a expliqué le sélectionneur, laconique sur sa décision. "Dans son rôle de buteur, dans l'animation, dans la gestion du jeu... Il a été solide face à un adversaire très consistant", a ajouté le sélectionneur, de nouveau questionné à ce sujet.

Seule incertitude, la présence de Romain Taofifenua en deuxième ligne est confirmée malgré un dos douloureux depuis le début de la semaine. Bernard Le Roux, titulaire en début de Tournoi, n'est pas encore suffisamment remis de sa blessure aux ischio-jambiers pour retrouver sa place. Swan Rebbadj prend place sur le banc avec la possibilité de couvrir les postes de 2e ou 3e ligne, avec Anthony Jelonch. Contrairement au match contre l'Angleterre, le staff est revenu à un banc "plus classique", selon les mots de Fabien Galthié, avec cinq avants pour trois trois-quarts qui couvrent potentiellement plusieurs postes. Le retour d'Arthur Vincent a notamment conditionné cette composition. 

"Nous avons beaucoup voyagé, avec trois déplacements et nous avons pris des points à chaque fois. Ces trois matches nous placent dans la course à la victoire finale avec, désormais, un atout: retrouver l'enceinte du Stade de France, notre terrain, nos vestiaires", a assuré le manager des Bleus Raphaël Ibanez.

La composition

Dulin - Penaud, Vakatawa, Fickou, T. Thomas - Jalibert, Dupont - Ollivon, Alldritt, Cretin - Willemse, R. Taofifenua - Haouas, Marchand, Baille.

Remplaçants : Chat, Gros, Atonio, Rebbadj, Jelonch, Serin, Ntamack, Vincent.

-