Sergio Parisse, le capitaine de l'Italie, impérial en touche devant la France
Sergio Parisse, le capitaine de l'Italie, impérial en touche devant la France | AFP - NurPhoto - Danilo Di Giovanni

6 Nations - Les points qui auraient pu coûter la victoire à l'équipe de France en Italie

Publié le , modifié le

La France a conquis de très haute lutte sa deuxième victoire dans le Tournoi des 6 Nations 2019, à Rome (25-14). Mais en Italie, les Français sont passés tout près de la défaite, face à des Transalpins courageux, entreprenants, mais pas toujours heureux dans leurs choix comme dans la réussite.

Le résumé de Italie - France

Cinq entrées dans l'en-but, pas un essai inscrit

A cinq reprises durant 80 minutes, l'équipe d'Italie est entrée dans l'en-but tricolore. La première, c'était ce coup de pied à suivre d'Allan pour Zanon, mais le ballon heurtait le poteau alors que le centre italien allait s'en emparer et inscrire le premier essai. Le poteau faisant partie de l'en-but, on peu considérer cette action comme une première entrée (23e). 

Autour de cette 23e minute, l'Italie y retournait à deux reprises, dont une fois de manière collective un peu comme l'équipe de France à Dublin la semaine dernière. Mais cette fois, pas de clémence du corps arbitral: pas d'essai validé sans image pour prouver que le ballon avait été aplati. Puis Tebaldi (66e) ainsi que Zanon (75e) n'ont pas pu contrôler le ballon au moment d'aplatir.

60% de réussite au pied pour l'Italie

Trois pénalités et une transformation passées, l'Italie a été très loin de faire le plein des points au pied. Au total, les buteurs translapins n'ont connu que 60% de réussite dans l'exercice, contre 80% à la France. En fin de première période, au moment du gros temps fort italien, les joueurs ont tenté de marquer un essai et ont donc joué des "pénaltouches". Un choix qui peut se comprendre. Mais face à leur manque de réalisme, ce n'était pas le choix payant. 

14 pénalités concédées par la France, contre 5 par les Italiens

Au rayon indiscipline, la France a encore brillé par son manque de maîtrise. L'équipe a ainsi été pénalisé à 14 reprises, alors que dans le même temps, l'Italie n'a subi que cinq fois les foudres de l'arbitre. Cela a donné énormément de munitions, que les Italiens n'ont pas fait fructifier au tableau d'affichage. Cela montre aussi à quel point la pression italienne a été forte sur les Bleus, qui s'en sortent bien avec cette victoire.

La France a même fini le match à 14, après le carton jaune récolté par Camille Chat (71e), ce qui a forcé Dany Priso à finir le match comme talonneur sur les mêlées, puisque Guilhem Guirado s'était blessé en début de rencontre et qu'il n'y avait donc pas de talonneur de métier sur le banc.

 

à voir aussi 6 Nations - Le XV de France évite de peu la défaite, et condamne l'Italie à une 4e Cuillère de Bois de suite 6 Nations - Le XV de France évite de peu la défaite, et condamne l'Italie à une 4e Cuillère de Bois de suite

4 touches perdues par les Bleus

Le match avait commencé avec un lancer trop long de Guilhem Guirado pour Félix Lambey. Comme trop souvent, l'équipe de France n'a pas étalé une grande maîtrise en touche. Camille Chat, moins précis au lancer mais très précieux dans l'impact et le jeu déployé, n'a pas fait mieux. Le XV de France a ainsi perdu quatre ballons sur ses propres lancers, tandis que l'Italie n'en a perdus que deux. 

29% d'occupation, 35% de possession

Malmenée, l'équipe de France l'a été tout au long de la rencontre. Elle n'a que peu maîtrisé le jeu, le tempo de cette rencontre jouée sur un rythme peu élevé. La preuve: elle n'a joué que 29% du temps dans le camp transalpin, et n'a eu la possession du ballon qu'à 35%. L'Italie a dominé. Mais n'a pas gagné.

La réaction à chaud de Jacques Brunel