Duel à distance entre le pays de Galles et l'Angleterre
Duel à distance entre le pays de Galles et l'Angleterre | Adrian DENNIS / AFP

6 Nations : Les enjeux de la dernière journée

Publié le , modifié le

Clap de fin pour le Tournoi des 6 Nations 2019. Tous les regards vont logiquement se tourner vers Cardiff où les Gallois peuvent faire le Grand Chelem en battant l’Irlande. A Rome, c’est plutôt la peur qui va dominer entre des Français en plein doute et des Italiens à une défaite de la cuillère de bois. Un match particulier aussi pour Sergio Parisse dont c’est la dernière apparition dans le Tournoi.

  • 1ère place : Avantage Galles

Si le pays de Galles vise le Grand Chelem, c’est pourtant une finale à trois qui se profile. Fort de leur invincibilité dans ce Tournoi et de leur record de victoires consécutives (13), les Gallois sont en position de force. Toutefois, l’Irlande et l’Angleterre peuvent eux aussi prétendre à la victoire finale. La condition de base est bien sûr de s’imposer. Si les Verts gagnent à Cardiff, ils seront à coup sûr devant car les Gallois n’ont pris aucun bonus depuis le début de la compétition contrairement aux Irlandais (2) et aux Anglais (3). Mais en cas de victoire du Trèfle chez les Diables Rouges, c’est du côté de Twickenham qu’il faudra regarder. En effet, un succès irlandais permettrait au XV de la Rose de remporter le Tournoi s’il domine l’Ecosse. C’est largement dans les cordes anglaises d’autant que les hommes de Jones auront l’avantage de connaître le résultat avant le début de la rencontre.

  • Italie – France : Eviter l’humiliation

Le calvaire se termine pour les Italiens et les Français. Encore un Tournoi à oublier. La pilule sera moins amère en terminant sur une bonne note, surtout dans le camp de la Squadra Azzurra, véritable cancre des 6 nations avec ses 21 défaites d’affilée. Un succès lui permettrait d’éviter une 9e cuillère de bois et de fêter dignement le dernier match du Tournoi de son capitaine Sergio Parisse. Pour les Bleus, la problématique est différente. Gagner à Rome avec la manière permettrait d’atténuer légèrement cette impression de déliquescence d’une équipe en perpétuelle reconstruction. A six mois de la Coupe du monde, un succès éviterait au staff une possible mise à l’écart. Laminée en Irlande dimanche dernier, la France ne semble plus avoir de marge sur des Italiens qui ont embêté Gallois et Irlandais sur sa pelouse …jusqu’à la 50e minute. Les Bleus sortiront-ils du bois à l’heure de jeu ?

L'Italien Sergio Parisse pris par la défense anglaise
L'Italien Sergio Parisse pris par la défense anglaise © Ben STANSALL / AFP

  • Parisse, Gatland, Schmidt, l’adieu au Tournoi

Si le rugby était un sport nord-américain, le numéro 8 serait retiré pour toujours du XV italien. Sergio Parisse, légende vivante de l’ovalie transalpine, dispute face à la France son dernier match des 6  Nations. Avec 68 apparitions, l’Italien est tout simplement le joueur ayant disputé le plus de match du Tournoi devant Brian O’Driscoll (65). Si l’Italie peine à briller sur la scène internationale, Parisse est à 35 ans un 3e ligne qui force le respect par son talent et son investissement. La Squadra Azzurra fera tout pour lui offrir une victoire à la mesure de ce qu’il a apporté à son pays durant toutes ces années. Ce sera aussi le jour des ders du Tournoi à Cardiff pour Warren Gatland et Joe Schmidt. Les deux sélectionneurs terminent en beauté leur bail, respectivement avec le pays de Galles et l’Irlande. Gatland vise le Grand Chelem grâce à la plus longue série de victoires des Diables Rouges (13). Quant au coach des Verts, le meilleur de la planète selon Rory Best, il a su tirer le meilleur d’une équipe avec un jeu assez minimaliste mais exécuté à la perfection.