Guilhem Guirado en recherche d'oxygène contre l'Irlande en 2018
Guilhem Guirado en recherche d'oxygène contre l'Irlande en 2018 | AFP - STEPHANE ALLAMAN / DPPI

6 Nations - Le XV de France face à l'insurmontable défi en Irlande

Publié le , modifié le

Sans victoire dans le Tournoi des 6 Nations en Irlande depuis 8 ans, l'équipe de France rêve de surfer sur la vague de son succès sur l'Ecosse pour s'imposer à Dublin (16h, en direct sur France Télévisions). Malheureusement, la 2e nation mondiale est devenue la pire ennemie des Bleus: 1 seule défaite lors des 8 dernières oppositions. Et le XV du Trèfle rêve de conserver son titre au prix de deux victoires, contre la France puis à Cardiff la semaine suivante.

Les Bleus convalescents

"Si on ne croit pas en nous, personne ne va y croire pour nous. On sait quand même qu'on n'est pas favoris". Antoine Dupont n'a que 22 ans, mais il a conscience des réalités. A l'heure de défier l'Irlande, le demi de mêlée français sait que les chances de son équipe sont faibles. Il ne peut en être autrement lorsqu'on est la 8e équipe du monde (mais la 10e juste avant la victoire contre l'Ecosse) et qu'on se rend chez la 2e nation planétaire, la seule qui a fait tomber en 2018 les doubles champions du monde néo-zélandais.

Qui plus est lorsque son collectif n'a remporté que son quatrième succès en 14 rencontres. Pour mesurer le chemin qui reste à parcourir pour la France vers le sommet mondial, il suffit d'écouter Jefferson Poirot, le pilier: "Après s'être fait, pardonnez-moi l'expression, botter le cul en Angleterre, la moindre des choses c'était de gagner contre l'Ecosse", disait-il au sujet de la claque subie en Angleterre (44-8), "un traumatisme" pour le joueur de l'UBB, " une de mes plus grosses hontes rugbystiques". Le XV de France a gagné face au XV du Chardon, mais n'a pas retrouvé toute la confiance. "Il faut sans cesse se construire. Continuer à gagner ou, si ce n'est gagner, faire en sorte d'avancer. Eviter des +faux bonds+ comme on a pu en avoir par le passé, notamment en Angleterre. On n'a rien construit à Twickenham car on a pris une déculottée" souligne ainsi Arthur Iturria. Pour surfer avec cette petite vague, Jacques Brunel a donc décidé d'aligner le même XV de départ. Avec le doux rêve que cela mène à un exploit.

L'Irlande, le cauchemar des Français

Personne n'a oublié ce drop passé la saison dernière au Stade de France par Jonathan Sexton, après 4 minutes d'arrêts de jeu. Trois points qui avaient scellé la défaite tricolore (15-13), et installé une dynamique négative. Avec une seule très courte victoire (10-9 en 2016 au SDF) sur les 8 derniers matches (dont deux nuls), les Français ne savent plus trop comment contenir cette marée verte. " Il y avait beaucoup de regrets, des nuits où on n'a pas dormi correctement" , se souvient Poirot.

Incapables d'inscrire plus de 11 points lors des deux derniers matches joués à Dublin (comme sur terrain neutre à Cardiff lors de la Coupe du monde 2015), les Français subissent, comme beaucoup, les rucks irlandais où ils excellent, sans oublier la science du jeu de leur demi d'ouverture, souvent décisif contre la France (Sexton avait inscrit les 15 points de son équipe en 2018), et leur suprématie en touche, secteur souvent faible ces derniers temps côté tricolore. Et le jeu au pied participe à rendre chèvre beaucoup de défenses. Bref, tout est fait pour que l'adversaire cherche souffle et solutions.

L'ambition opposée

La première victoire de l'équipe de France dans ce Tournoi 2019 ne peut que lui éviter (peut-être) la dernière place. Une deuxième, surtout à l'extérieur, donnerait à cette fin de compétition un tout autre visage. Une place sur le podium après ce match serait même un exploit improbable. D'autant plus que la défaite irlandaise en ouverture du Tournoi contre l'Angleterre (32-20) était le premier échec à domicile depuis le 19 novembre 2016, face aux All Blacks. Les Anglais ont donc mis fin à une série de 15 victoires consécutives du XV du Trèfle. S'imposer ici n'est pas facile. Loin de là. Et la France n'a plus fait tomber un membre du Top 5 mondial sur sa pelouse depuis 2011.

Et les Irlandais ont en plus une énorme source de motivation. Auteurs du Grand Chelem en 2018, ils peuvent encore espérer conserver le titre, en battant la France puis en allant s'imposer sur le terrain du pays de Galles la semaine prochaine (sous condition). Bref, le coeur vert a de quoi faire vibrer l'Aviva Stadium pour remettre les têtes françaises sous l'eau. 

Les équipes

Le XV d'Irlande: Larmour - Earls, Ringrose, Aki, Stockdale - (o) Sexton, (m) Murray - Van der Flier, CJ Stander, O'Mahony - Ja. Ryan, Henderson - Furlong, R. Best (cap.), Healy. Remplaçants: N. Scannell, Kilcoyne, Jo. Ryan, Dillane, Conan, Cooney, Carty, Conway.

Le XV de France: Ramos - Penaud, Bastareaud, Fickou, Huget - (o) Ntamack, (m) A. Dupont - Iturria, Picamoles, Lauret - Vahaamahina, Lambey - Bamba, Guirado (cap.), Poirot. Remplaçants: Chat, Falgoux, Aldegheri, Willemse, Alldritt, Serin, Belleau, Médard

Arbitre: Ben O'Keeffe (NZL)