L'ailier Damian Penaud raffûte le talonneur italien Leonardo Ghiraldini
L'ailier Damian Penaud raffûte le talonneur italien Leonardo Ghiraldini | AFP - Vincenzo PINTO

6 Nations - Le XV de France évite de peu la défaite, et condamne l'Italie à une 4e Cuillère de Bois de suite

Publié le , modifié le

L'équipe de France a conclu le Tournoi des 6 Nations avec une deuxième victoire, lors de son voyage à Rome (25-14). Souvent malmenés par une équipe d'Italie qui tentait d'éviter une 22e défaite de rang dans la compétition, les Français ont inscrit trois essais par Dupont (16e), Huget (46e) et penaud (78e), et ont pu compter sur la maladresse transalpine au pied (60% de réussite) et sur leur volonté de marquer des essais, eux qui sont entrés 5 fois dans l'en-but sans marquer. Pour la 4e année de suite, la Squadra récupère la Cuillère de Bois, avec 0 victoire en 5 matches.

Entre cancres, point de miracle. Que pouvait-on attendre d'un début de match entre l'Italie, vaincue dans 12 de ses 14 derniers matches, et la France, battue à 11 reprises sur ses 15 dernières rencontres ? Pendant quinze minutes, on a eu droit à du jeu au pied d'occupation, des en-avants (Picamoles 5e), des passes à l'adversaire (Penaud 9e), de la défense et des pénalités à l'avantage des Translapins (5e et 11e) pour leur donner l'avantage (6-0). Tout cela sur un petit rythme, bien éloigné des meilleures équipes du Tournoi.

Après n'avoir pas vu le ballon en 1er période la semaine dernière en Irlande, le XV de France ne semblait pas pressée d'avoir le cuir en mains. C'est aussi à cela que se reconnaît une équipe en mal de confiance. Tout ça jusqu'à la 16e minute. Sur un renvoi aux 22m italien, Penaud, sans pression, récupèrait le ballon et le transmettait à Médard qui perçait le rideau défensif pour retrouver l'ailier clermontois. Celui-ci cadrait bien un défenseur pour envoyer Dupont à l'essai (7-6).

Les premiers points de la France sur une belle action

Sur leur deuxième initiative du match, les Français marquaient, mais cela réveillait leurs adversaires. Après une pénalité passé par Ntamack des 40m (19e, 10-6), l'Italie connaissait son temps fort. Une superbe passe au pied à suivre d'Allan pour Zanon heurtait le poteau français et empêchait l'essai inévitable (23e). Puis, par deux fois, le pack de la Squadra entrait dans l'en-but, sans que l'arbitre n'accorde le moindre point. Finalement, grâce à sa défense (95% de plaquages réussis à ce moment-là), la France s'en sortait. 

Mais les maux ne sont jamais loin côté français. Malgré ce petit rythme dans le jeu, la France se faisait parfois déborder, comme lors de cette percée en première main de Polledri après une touche. Chat, entré en jeu à la place de Guirado blessé aux côtes à la 19e, arrêtait le mouvement (38e), pour revenir aux vestiaires devant (10-6).

Une deuxième période bien différente

Après s'être entêtés à jouer toutes les pénalités en touche pour marquer un essai en fin de 1re période, les Italiens changeaient de tactique au retour des vestiaires. Une pénalité passée par Allan les ramenait à une longueur (10-9, 43e). Mais la France réagissait à son tour, sur une superbe percée de Ntamack, qui poursuivait le mouvement d'une chistera, et l'action se terminait en bout de ligne avec Huget, auteur d'un nouvel essai, son 4e dan sce Tournoi (46e, 17-6). 

Huget donne de l'air au CV de France

Dans ce duel des mauvais élèves du Tournoi, Allan ratait une pénalité en face des perches (49e), qui aurait pu relancer son collectif. Cela peut faire une sacrée différence lorsque son équipe a perdu ses 21 derniers matches dans le 6 Nations... Longtemps dans le match lors des venues du pays de Galles (15-26) et de l'Irlande (16-26), l'équipe italienne repartait avec une percussion monstrueuse de Parisse  (dont c'était le dernier match dans le Tournoi) sur Ntamack, un mouvement conclu par le demi de mêlée Tebaldi (55e, 17-14).

Les Italiens se relancent avec leur premier essai

Trois minutes après, le talonneur du Stade toulousain Ghiraldini était touché au genou, provoquant un long arrêt du jeu. Cela n'arrêtait pas le mouvement d'ampleur: l'Italie était dominatrice. Mais elle était encore punie. Un ballon au sol, un contre au pied de Médard, la France revenait dans les 22m adverses et Ntamack concluait d'un drop (63e, 20-14). 

Condamné à la dernière place dans cette édition, l'Italie jouait sans frein à main. Et Tebaldi en profitait encore pour, au ras, aller dans l'en-but, mais le demi-de-mêlée avait lâché le ballon avant d'aplatir (66e). A neuf minutes du terme du match, alors que la pression était de plus en plus grande sur la France, Camille Chat écopait d'un carton jaune, pour fautes à répétition des Bleus.

Une fin de match à 14

Déjà submergés à 15, les Français devaient donc finir à 14. Et ils craquaient sur un surnombre en bout de ligne, mais Penaud faisait exploser le ballon dans les bras de Zanon qui plongeait pour aplatir. L'essai n'était pas validé par la vidéo. Dany Priso, entré en jeu au poste de pilier, finissait la rencontre au poste de talonneur dans les mêlées, suite à la blessure de Guirado et le carton jaune de Chat. Et il s'en sortait.

Le 3e essai français, en contre

à voir aussi 6 Nations - Les points qui auraient pu coûter la victoire à l'équipe de France en Italie 6 Nations - Les points qui auraient pu coûter la victoire à l'équipe de France en Italie

Après avoir sauvé son équipe défensivement, Penaud confortait la victoire sur un contre, après une superbe récupération aérienne de Ntamack suivie d'une chistera pour l'ailier clermontois qui mettait les cannes (78e, 25-14). Une dernière blessure pour Aldegheri (genou?) dans les ultimes secondes ternissaient un peu plus la rencontre, surtout dans le camp du Stade toulousain qui perdait un deuxième membre de sa 1re ligne aujourd'hui, et le troisième depuis le début du Tournoi (après Marchand, blessé contre les Gallois).

La France, elle, s'en sortait, mais elle est loin de s'être rassurée. L'Italie n'a pu éviter une 22e défaite de suite dans le Tournoi, où elle n'a plus battu personne depuis l'édition 2015 en Ecosse (22-19, le 28 février). La Squadra n'a pas pu éviter non plus une 4e Cuillère de Bois consécutive. Sergio Parisse aurait rêvé d'une dernière dans le Tournoi bien différente, pour sa 50e cape en tant que capitaine dans cette compétition.

La réaction de Mathieu Bastareaud

La réaction à chaud de Jacques Brunel